Articles dans la catégorie « Histoire Urbaine »

20
Oct
2014

De nouveaux noms de rues changent de noms

  

Article de Pierre Duquet. Le Peuple Lévis.

La Ville de Lévis se voit dans l’obligation de faire machine arrière pour certains noms de rues. Ainsi, quatre corrections ont été apportées et celles-ci mettront fin au processus de changement de nom entamé, il y a plusieurs mois.

Lors de la séance du conseil du 6 octobre, la Ville a fait connaître les quatre corrections qui ont été apportées à la liste des odonymes de remplacement déjà adoptés, dans le cadre du processus d’harmonisation.

Les deux premières corrections, indique la fiche de prise de décision, se situent dans le secteur Saint-Jean-Chrysostome. On y apprend que l’actuelle rue de l’Église, allant du chemin Vanier jusqu’à l’intersection de la rue Beaulieu, devait être harmonisée sous le nom de « Rue Beaulieu ».

En effet, le ministère des Transports (MTQ) envisageait de reconfigurer l’intersection de la rue de l’Église et de la rue Beaulieu en en formant qu’un seul et même axe.

Or, le MTQ a informé la Ville que les travaux de reconfiguration de cette intersection ne figuraient plus dans son plan quinquennal. Cette décision rend donc impossible l’harmonisation des deux voies de circulation sous un seul nom.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Histoire Urbaine,  Transports

Publié le lundi 20 octobre 2014 à 23:13
Modifié le lundi 24 mai 2021 à 16:34

6
Oct
2014

De nouvelles tranches d’histoire

  

Article de Raphaël Lavoie. Le Journal de Lévis.

L’histoire patrimoniale de Saint-Romuald continue d’être dévoilée alors que l’organisme Rues principales a inauguré la semaine passée six nouvelles plaques d’interprétations présentant la petite histoire des édifices et habitants du secteur.

Portant le nombre de plaques à 21 dans le quartier, principalement aux abords des bâtiments du chemin du Fleuve, les six nouveaux ajouts en apprendront davantage aux visiteurs et à la population sur le patrimoine et les gens qui ont forgé l’histoire de Saint-Romuald.

« L’objectif, c’est vraiment de mettre en valeur l’histoire des familles souches de Saint-Romuald, l’histoire des personnages importants de Saint-Romuald à travers le patrimoine bâti qui est encore là », explique Martine Bussière, coordonnatrice pour Rues principales Saint-Romuald.


Catégorie(s) : Histoire Urbaine

Publié le lundi 6 octobre 2014 à 23:25
Modifié le samedi 22 mai 2021 à 17:13

20
Sep
2014

Zone Lévis

  

Plusieurs articles dans un cahier de 20 pages dans Le Soleil du samedi 19 septembre 2014. Les articles sont signés Camille B. Vincent et Marie-Pier Cayer.

LA PAROLE À LÉVIS
Article de Camille B. Vincent. Le Soleil.

Avec un peu plus de 142 000 citoyens, Lévis est la huitième ville la plus populeuse au Québec. La poussée démographique de la voisine de Québec est accompagnée d’une vitalité économique remarquable tant chez les grands employeurs que dans les multiples petites et moyennes entreprises du territoire. Le développement à la tête des ponts, avec notamment le carrefour Saint-Romuald, et dans les nombreux parcs industriels, retient l’attention.
Lévis décroche des titres pour sa qualité de vie, pour élever une famille, et est considérée comme l’une des villes les plus sécuritaires au Canada. Cette situation enviée par d’autres pousse les dirigeants locaux et régionaux à maintenir le rythme de travail, à penser aux services aux citoyens et à se fixer de nouveaux défis. En fait, Lévis grandit toujours… et encore!

Lévis a aujourd’hui sa propre voix au sein des instances décisionnelles québécoises, et elle compte bien la faire entendre. Mais quelles seront les priorités de cette voix dans les prochaines années ? C’est ce à quoi a répondu le maire Gilles Lehouillier lors d’une rencontre avec Le Soleil.

=> Lire la suite.


LA TÊTE DES PONTS EN EFFERVESCENCE
Article de Marie-Pier Cayer. Le Soleil.

La porte d’entrée de Lévis se transforme. Des centaines de millions sont investis dans le secteur de la tête des ponts à Saint-Romuald, le plus gros projet de développement en cours à Lévis. Aperçu de l’avancée des travaux.

=> Lire la suite.


Publié le samedi 20 septembre 2014 à 11:32
Modifié le mardi 11 mai 2021 à 23:45

15
Sep
2014

Adepto vestri Levis

  

Voici notre nouveau quizz sur vos connaissances du territoire lévisien.

Cette fois-ci, pas question que d’identifier un lieu / immeuble comme dans la série À la découverte de quelques parcelles du patrimoine lévisien.

Cette fois-ci le défi est double puisque vous devrez assembler le casse-tête pour identifier ce qui est représenté sur la photo.

Il y a trois photos à démêler. Utilisez le bouton « Jouer Encore » pour changer de photo.

Le 20 septembre prochain un bouton sera ajouté pour vous permettre de connaître la réponse. Donnez vos réponses par commentaire. Bonne chance.


Catégorie(s) : Histoire Urbaine,  Non classé

Publié le lundi 15 septembre 2014 à 7:57
Modifié le samedi 8 mai 2021 à 15:41

5
Sep
2014

Revitalisation du secteur de la Traverse : des vestiges du passé sont redécouverts

  

Article de Érick Deschênes. Le Journal de Lévis.

Amorcés le 30 juillet dernier, des travaux consistant à réaliser des tranchées exploratoires près du quai Paquet auront permis de découvrir plusieurs vestiges historiques dans cette partie du secteur de la Traverse.

C’est ce qu’a confirmé Guy Rodrigue, conseiller en communication à la Ville de Lévis, lors d’un échange de courriels le 20 août dernier après qu’une source du Journal ait informé votre hebdomadaire des découvertes il y a deux semaines.

Et plusieurs découvertes importantes ont été réalisées lors de cet inventaire archéologique qui visait notamment à localiser les fondations et les vestiges associés à la fonderie Carrier & Lainé, qui fut la plus importante fonderie au Canada avant sa fermeture en 1908.

Tout d’abord, les fondations, les bases des murs de plusieurs ateliers de la fonderie et un grand nombre d’artefacts ont été retrouvé à proximité, le tout sous une importante couche de mâchefer (slag). Aussi, le fronton nord du quai du gouvernement de 1909, dont plusieurs certifiaient qu’elles n’existaient plus et le pourtour du quai Barras, qui était l’un des plus importants débarcadères de voyageurs à Lévis, ont été découverts.


Catégorie(s) : Histoire Urbaine

Publié le vendredi 5 septembre 2014 à 0:03
Modifié le samedi 8 mai 2021 à 14:55

18
Juil
2014

Nouveaux panneaux d’interprétation : Lévis raconte son histoire

  

Article de Mariane Bergeron-Courteau. Le Journal de Lévis.

Dès le mois prochain, l’histoire de Lévis sera une fois de plus racontée au public, en plein air cette fois-ci, alors que de nouveaux panneaux d’interprétation seront installés aux abords du fleuve Saint-Laurent et de la rivière Etchemin.

Lors de la première phase, 17 panneaux racontant l’histoire d’un lieu à proximité seront installés le long du parcours des Anses et du parcours du Grand Tronc. Parmi ceux-ci, 14 seront mis en place dès le mois d’août tandis que les trois plaques destinées au secteur de la Traverse seront installées dès que les travaux de réfection prendront fin, soit en décembre 2015.

Grâce à ces panneaux d’interprétation, les Lévisiens et les touristes pourront en apprendre davantage notamment sur la grève Jolliet, l’Anse Tibits, le chantier A.C. Davie, les Moulins de l’Etchemin ou encore les gares de Chaudière Station, de Craig’s Road, de Charny et de Saint-Nicolas à travers différents faits marquants et anecdotes.

« Les panneaux permettent d’en apprendre davantage sur l’histoire de Lévis, mais également de constater les nombreuses transformations du paysage au fil du temps. On est très fier de ces 17 panneaux qui vont être implantés ici à Lévis », a affirmé le maire de Lévis, Gilles Lehouillier lors de la présentation des plaques.


Catégorie(s) : Histoire Urbaine

Publié le vendredi 18 juillet 2014 à 7:38
Modifié le dimanche 18 avril 2021 à 17:29

2
Juil
2014

Décès de M. Jean Garon

  

L’ancien maire de Lévis et ex-ministre de l’Agriculture s’est éteint mardi soir à l’âge de 76 ans.

Jean Garon a été maire de Lévis au moment de la création de la nouvelle Ville de Lévis.

Il fût député de Lévis durant 22 ans.

Toutes nos condoléances à sa famille immédiate.


Catégorie(s) : Histoire Urbaine

Publié le mercredi 2 juillet 2014 à 15:22
Modifié le dimanche 18 avril 2021 à 16:58

3
Juin
2014

Lévis revient à ses origines avec un boulevard Guillaume-Couture

  

Article de Stéphanie Martin. Le Soleil.

Adieu boulevard de la Rive-Sud, bonjour boulevard Guillaume-Couture. Le Soleil a appris que la plus importante artère de Lévis portera désormais le nom de l »homme à l »origine de la fondation de la ville, Guillaume Couture, ancêtre de tous les Couture d »Amérique. Et nouvelle dénomination aussi pour la route 116 qui deviendra la route des Rivières, pour marquer sa proximité avec deux cours d »eau d »importance : la Beaurivage et la Chaudière.\r\n\r\nLe menuisier, colonisateur, coureur des bois, interprète et premier habitant à s »installer dans la seigneurie de Lauzon aura finalement droit à une place de choix à Lévis. La Ville annoncera mardi que la portion de la route 132 qui traverse tout son territoire ou presque, de Lauzon à Saint-Nicolas, portera son nom.

=> Lire la suite.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Histoire Urbaine,  Transports

Publié le mardi 3 juin 2014 à 8:03
Modifié le dimanche 11 avril 2021 à 16:35

28
Mai
2014

Le pont Garneau pourrait revivre sous la forme d’un pont-passerelle

  

Article de Pierre Duquet. Le Peuple Lévis.

Plusieurs citoyens souhaitent que la Ville de Lévis construise un pont-passerelle à l’endroit même où était érigé le pont Garneau jusqu’à son démantèlement en 1955. Cette réalisation permettrait à la piste cyclable d’enjamber l’embouchure de la rivière Chaudière et de redonner ses titres de noblesse à ce lieu.

En 2012, à la suggestion de Florian Lambert, président des Compagnons de Chaudière-Bassin, Benoît Lafrance, responsable de formation pratique à l’École d’architecture de l’Université Laval, a obtenu que neuf étudiants du cours de Conception avancée de structure conçoivent et développent quatre propositions de projet d’un pont-passerelle piétonnier et cyclable enjambant les 115 mètres séparant les falaises de l’embouchure de la rivière Chaudière.

M. Lambert mijote cette idée depuis 2004. Il l’avait présentée au maire Jean Garon à l’époque. Mais le gâteau n’a pas levé. Il lui fallait une illustration de ce à quoi ça pourrait ressembler un tel pont-passerelle.

« J’ai présenté ça à l’École d’architecture, en janvier 2011, en expliquant que j’aimerais qu’on puisse faire la promotion d’une image de ce que pourrait être une passerelle, rappelle-t-il. Un projet comme celui-là a un rayonnement très large. »

Benoît Lafrance est l’un des membres fondateurs des Compagnons de Chaudière-Bassin. Il a dirigé le projet avec le professeur et ingénieur, Richard Pleau. L’historien de la Ville de Lévis, David Gagné, a également apporté sa contribution à ce projet étudiant.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Histoire Urbaine,  Transports

Publié le mercredi 28 mai 2014 à 23:25
Modifié le jeudi 8 avril 2021 à 21:40

22
Avr
2014

Les journaux lévisiens au fil des siècles : Lévis a eu un journal quotidien pendant près de 60 ans

  

Article de Pierre Duquet. Le Peuple Lévis.

Le Peuple de Lévis a eu plusieurs ancêtres, dont le Peuple Tribune. Une appellation que de nombreux Lévisiens utilisent encore. On sait maintenant que les hebdos de Québecor ont été vendus à Transcontinental Média. Votre hebdo changerait-il bientôt de nom? On ne peut l’affirmer, mais ce que l’on sait, c’est que Lévis en a vu passer des journaux depuis 1864.

L’Album souvenir publié lors du Centenaire de Lévis (1891-1961) rappelle que le Lévis de l’époque a été une pépinière de journaux. À peine assistait-on à l’incorporation de la Ville que le premier journal lévisien le Drapeau de Lévis était fondé, le 3 novembre 1864. Il devait cependant disparaître dès le 24 novembre suivant.

En avril 1865, il sera remplacé par l’hebdomadaire le Journal de Lévis (Eh oui!) qui s’éteindra en novembre de la même année. Le Progrès de Lévis prendra la relève en 1867 et tiendra le coup jusqu’en 1869. Arrivera alors l’Écho de Lévis (1871-1876).

Les journaux se turent ensuite pendant trois ans. Puis, en juin 1879, Lévis devint l’une des premières villes du Québec à avoir un journal quotidien rédigé en français. Le Quotidien, publié par Joseph-Édouard Mercier & Cie, était imprimé au numéro 16 de la côte du Passage. Il sera publié pendant 59 années consécutives.

Un premier quotidien
Puis, à son tour, Le Quotidien disparaît en 1937 pour être remplacé par Le Canadien. En 1945, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, le Canadien devient La Tribune de Lévis. Au cours des cinquante années de publication du Quotidien, divers hebdomadaires et périodiques ont cohabité avec lui.

Les Lévisiens auront vu passer Le Travailleur de Lévis (1890-1892); l’Hebdomadaire (1882-1930); Le Moniteur (1893-1896); L’Ouvrier (1890) qui n’a fait le travail que pendant cinq semaines; Le Nouveau Lévis (1907-1908) et le Lévis-Dimanche (1er janvier au 12 mars 1921).

On se souviendra aussi du Rive-sud Express dans les années 1980 et du Peuple Chaudière, publié dans l’ouest du territoire avant les fusions. Depuis, le Journal de Lévis est réapparu et le Peuple Tribune est devenu Le Journal Le Peuple de Lévis.


Reproduit avec autorisation au moment de la publication sur ce blogue.


Catégorie(s) : Histoire Urbaine

Publié le mardi 22 avril 2014 à 23:56
Modifié le samedi 3 avril 2021 à 15:58

Pages :«123456»