22
Mar
2018

Avis aux lecteurs de Lévis Urbain

  

Lévis Urbain.ca a été victime d’une problématique technique qui a grandement affecté son fonctionnement. Nous avons dû nous résoudre à mettre hors service le blogue et à le reconstruire à partir de sauvegardes.

Nous sommes à restaurer le blogue petit à petit et cela explique pourquoi le contenu y est moins abondant en ce moment. Il pourra arriver à l’occasion que des liens menent vers des pages inexistantes. Nous nous excusons pour ce désagrément.


Catégorie(s) : Non classé

Publié le jeudi 22 mars 2018 à 22:35
Modifié le jeudi 22 mars 2018 à 23:04

16
Oct
2018

Le manque de transport collectif est un « frein à l’embauche » à Lévis

  

Article de Marc-Antoine Lavoie. ICI Radio-Canada.ca – Section Québec.

Des entreprises de Lévis dénoncent être freinées dans leur recrutement en raison du manque de transports en commun. Elles demandent à la Société de transport de Lévis (STLévis) d’apporter des solutions à court terme pour notamment mieux desservir les parcs industriels.

Le groupe Honco, qui possède trois entreprises à Lévis, est présentement à la recherche d’une vingtaine de travailleurs. L’employeur relate que le quart des candidats approchés fait part d’une « problématique au niveau du transport ».

« C’est sûr que le transport en commun c’est un élément qui va nous permettre d’être plus attractifs. Présentement, on a certains freins à l’embauche dû à un manque de transport en commun », affirme la directrice des communications et du marketing pour le Groupe Honco, Geneviève Filteau.

=> La suite sur ici.radio-canada.ca.


Catégorie(s) : Commerce - Économie,  Transports

Publié le mardi 16 octobre 2018 à 12:27
Modifié le mardi 16 octobre 2018 à 12:57

28
Sep
2018

Aérodrome de Pintendre : match nul pour la Ville

  

Article de Érick Deschênes. Le Journal de Lévis.

Crédit photo : GILLES BOUTIN – ARCHIVES.

La Ville de Lévis a obtenu un « match nul » dans la décision rendue le 26 septembre par la Cour d’appel du Québec, à la suite de l’appel lancé par la procureure générale du Québec dans le dossier du conflit juridique opposant la propriétaire de l’aérodrome de Pintendre à la municipalité.

Dans un premier temps, les trois juges de la Cour d’appel attitré au dossier ont infirmé la décision du juge Louis Dionne de la Cour supérieure, qui avait été appelé en 2016 à se prononcer sur l’affaire à la suite d’un appel lancé d’une décision de la Cour municipale de Lévis en 2015.

Si ce dernier avait jugé que la contravention émise pour avoir construit un bâtiment sans permis municipal représentait « une entrave importante à l’exercice du pouvoir fédéral en matière d’aéronautique », les juges Dominique Bélanger, Marie-Josée Hogue et Suzanne Gagné estiment toutefois que l’aérodrome devra payer une amende, « car le fait de devoir respecter des normes de construction pour un bâtiment n’entravent pas nécessairement les activités de l’aérodrome ou le coeur de la compétence fédérale ».

Dans la décision signée par la juge Gagné, la Cour d’appel confirme toutefois la conclusion du juge Dionne, qui est d’avis que le règlement de zonage de la Ville interdisant totalement les activités de parachutisme à l’aérodrome entrave complètement la compétence fédérale en aéronautique. Les trois juges considèrent que le parachutisme est une activité totalement liée à ce domaine.


Publié le vendredi 28 septembre 2018 à 8:51
Modifié le vendredi 5 octobre 2018 à 12:50

28
Sep
2018

Projet d’hôtellerie hospitalière : demande de démolition acceptée

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

Crédit photo : COURTOISIE ANNE CARRIER ARCHITECTURE – DESSERCOM.

Les résidences situées 15 rue Charles-Édouard et 36 rue Montcalm pourront finalement être démolies pour laisser place à un projet d’hôtellerie hospitalière voulu par Dessercom en prévision de l’ouverture du centre de cancérologie à l’Hôtel-Dieu de Lévis, a tranché le conseil municipal dans une décision rendue le 24 septembre lors de la séance ordinaire.

Dessercom avait fait appel de la décision du 6 mars du comité de démolition de la Ville de Lévis, qui refusait sa demande de démolition des deux résidences lui appartenant pour y construire une hôtellerie hospitalière. L’appel a été entendu le 9 juillet lors d’une séance extraordinaire du conseil municipal. Dans ce cadre, la Ville a auditionné les promoteurs du projet afin de s’assurer de l’opportunité de la démolition et de la préservation de l’harmonie du quartier.

Lors de l’appel, les promoteurs ont présenté un projet de remplacement révisé. Le dessin du projet a été dévoilé lors de cette séance publique. Rappelons que le bâtiment d’un étage sera situé en retrait de la rue, comme les maisons avoisinantes et que sa façade intègre des parties en bois. L’entrée principale sera située rue Wolfe et le stationnement sera isolé par un mur végétal.

Au vu de la révision du projet, de la «volonté du requérant» d’intégrer le projet de remplacement dans l’environnement bâti et de l’intérêt social et communautaire du projet d’hôtellerie, le conseil municipal a finalement autorisé la démolition des deux résidences. Il est aussi précisé que les orientations du Plan particulier d’urbanisme (PPU) du Vieux Lévis sont respectées.

À lire : Un projet d’hôtellerie hospitalière défendu devant la Ville.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Habitation

Publié le vendredi 28 septembre 2018 à 8:44
Modifié le vendredi 28 septembre 2018 à 12:35

20
Sep
2018

L’agrile du frêne détecté à Saint-Romuald et à Pintendre

  

Article de Jean-François Néron. Le Soleil.

C’était une question de temps. La Ville de Lévis a détecté pour la première fois cet été l’agrile du frêne sur son territoire. Elle passe maintenant en mode traitement.

L’insecte qui fait des ravages partout en Amérique a été capturé à la fin août dans quelques-uns des 32 pièges dispersés dans les différents secteurs de la Ville. Plus précisément, c’est sur le chemin du fleuve et l’avenue Taniata à Saint-Romuald et sur la route Kennedy sud à Pintendre que l’agrile a commencé à faire son oeuvre.

« Nous croyons que l’insecte est arrivé par le fleuve dans le secteur de Saint-Romuald et par transport du bois dans celui de Pintendre », soutient le maire Gilles Lehouillier.

=> La suite sur lesoleil.com.


Catégorie(s) : Environnement

Publié le jeudi 20 septembre 2018 à 15:50
Modifié le mardi 25 septembre 2018 à 12:58

10
Sep
2018

Pont de Québec : plus de 900 photos de corrosion dans un rapport du MTQ. Le pont « nécessite des réparations », admet un rapport du gouvernement du Québec

  

Article de Taïeb Moalla. Le Journal de Québec.

Le pont de Québec « nécessite des réparations », selon un rapport publié en janvier 2018 sur le site Internet du ministère des Transports du Québec (MTQ) et passé inaperçu jusqu’à maintenant.

Plus de 900 photos de corrosion de pièces du pont de Québec sont visibles dans ce rapport auquel la ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, a fait référence dans un impromptu de presse, vendredi dernier.

=> La suite sur lejournaldequebec.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le lundi 10 septembre 2018 à 14:23
Modifié le jeudi 13 septembre 2018 à 13:06

8
Sep
2018

Pont de Québec : Le gouvernement du Québec exige que le CN publie ses rapports d’inspection

  

Article de Taïeb Moalla. Le Journal de Québec.

Pour la première fois, le gouvernement du Québec presse publiquement le Canadien National (CN) de rendre publics ses rapports d’inspection du pont de Québec.

C’est la demande formelle faite hier par la ministre déléguée aux Transports et candidate libérale dans Chauveau, Véronyque Tremblay. Lors d’un impromptu de presse, cette dernière a rappelé que le ministère des Transports du Québec (MTQ) a inspecté la voie carrossable du pont de Québec en octobre 2017 et qu’un rapport de près 600 pages à ce sujet est visible en ligne.

=> La suite sur lejournaldequebec.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Patrimoine,  Transports

Publié le samedi 8 septembre 2018 à 10:19
Modifié le samedi 8 septembre 2018 à 14:51

8
Sep
2018

Le prolongement d’Étienne-Dallaire se poursuit

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

La deuxième phase des travaux de prolongement du boulevard Étienne-Dallaire, réalisés dans le cadre du projet de développement résidentiel et commercial Umano, a été officiellement lancée ce 7 septembre.

Débutée en août, cette nouvelle étape des travaux verra la réalisation de la section ouest du boulevard, qui reliera la rue Berlioz au boulevard Alphonse-Desjardins, près de l’UQAR, d’ici la fin de l’année 2018.

Elle fait suite à la réalisation, en 2016-2017, de la section est du boulevard à partir de la rue Berlioz, qui sera raccordée à la rue Saint-Omer dont le prolongement est prévu à partir de 2019.

Ces deux phases totaliseront près d’un kilomètre et compteront quatre voies de circulation, séparées par un terre-plein central végétalisé, ainsi qu’un trottoir, une piste multifonctionnelle et des terre-pleins latéraux végétalisés.

Le prolongement du boulevard Étienne-Dallaire a nécessité une entente sur les travaux municipaux avec le promoteur du projet Umano, le Groupe CSB. La participation financière de la Ville pour les travaux de surdimensionnement est évaluée à 1,8 M$ pour les deux phases.

Viendra ensuite l’élargissement de l’actuelle rue Saint-Omer, entre le boulevard Guillaume-Couture et le chemin des Forts, ainsi que son prolongement, entre le chemin des Forts et le boulevard Étienne-Dallaire, en 2019, puis entre le boulevard Étienne-Dallaire et la rue Wilfrid-Carrier, en 2020-2021.

2 000 unités de logement
Ce projet, qui sortira de terre au cours des dix prochaines années, comprendra 2 000 unités de logement et représentera une superficie commerciale et de services de 69 000 m2. Le groupe a d’ailleurs déjà développé 1 500 unités de logement à Lévis.

La construction de plusieurs bâtiments proche de la future esplanade, qui devrait être réalisée d’ici quatre ans, ainsi que du boulevard Étienne-Dallaire, a déjà commencé, a affirmé le président du Groupe CSB, Stephen Boutin. Il a confirmé que le chemin des Forts sera fermé à la circulation une fois la nouvelle place publique sortie de terre.

« Le projet Umano s’inscrit à titre d’un nouveau quartier axé sur le mieux-vivre qui permettra la mise en œuvre d’un milieu de vie et de travail idéal pour les résidents et travailleurs actuels et futurs de ce secteur », a-t-il déclaré.

Plus généralement, « au cours des dix prochaines années, nous prévoyons ajouter environ 8 500 unités de logement et 150 000 m2 de superficie commerciale et de services (à Lévis) », a déclaré Guy Dumoulin, conseiller municipal et président du comité consultatif d’urbanisme de la Ville de Lévis.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Habitation,  Transports

Publié le samedi 8 septembre 2018 à 9:19
Modifié le lundi 17 septembre 2018 à 23:43

30
Août
2018

Nouveau pôle commercial à Lévis incluant un hôtel de 16 étages

  

Article de Diane Tremblay. Le Journal de Québec.

Le projet Harlaka, qui est évalué à près de 550 millions $, sera réalisé par phases

Un nouveau pôle commercial et résidentiel de plus d’un demi-milliard de dollars, comprenant un hôtel, un aréna et une halte routière, verra le jour à Lévis, du côté sud de l’autoroute 20, à proximité de la route du Président-Kennedy.

Ce projet, d’une valeur de 550 M$, sera réalisé sur des terrains d’une superficie de quatre millions de pi2, subdivisée en deux parties.

=> La suite sur lejournaldequebec.com.


Catégorie(s) : Commerce - Économie,  Habitation

Publié le jeudi 30 août 2018 à 12:29
Modifié le lundi 17 septembre 2018 à 23:45

23
Août
2018

L’état du pont de Québec fait peur à un expert

  

Article de Taïeb Moalla. Le Journal de Québec.

Le pont de Québec ne résisterait probablement pas à un gros tremblement de terre, à une tempête de verglas ou à un déraillement de train, selon l’ingénieur à la retraite et architecte naval Jean Hémond.

« Le pont est en fin de vie. Combien il lui reste de temps ? On ne le sait pas. S’il arrive une catastrophe comme une tempête de verglas, un tremblement de terre de force 7 ou un accident de train ou de bateau, il est fort probable que le pont n’existera plus », a soutenu M. Hémond.

=> La suite sur lejournaldequebec.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le jeudi 23 août 2018 à 15:22
Modifié le jeudi 23 août 2018 à 15:22

15
Août
2018

Troisième lien : cinq corridors potentiels à l’étude

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.


(Rapport des faits saillants (PDF) disponible ici)

Cinq corridors potentiels sont à présent à l’étude pour l’implantation d’un troisième lien routier entre Québec et Lévis, a annoncé la ministre déléguée aux Transports, Véronyque Tremblay, ce 14 août à Lévis. La construction pourrait commencer en 2026, selon l’échéancier présenté.

Sur la scène de L’Anglicane et accompagnée de Sébastien Proulx, ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport, ainsi que de la région de la Capitale-Nationale, et Dominique Vien, députée de Bellechasse, ministre responsable du Travail, ainsi que de la région de la Chaudière-Appalaches, Véronyque Tremblay a fait la présentation des faits saillants de l’étude des besoins en cours, supervisée par le bureau de projet sur le troisième lien. « L’étude des besoins ne nous permet pas d’identifier, à ce stade, le tracé du futur troisième lien », a-t-elle prévenu. Pour le savoir, il faudra attendre 2020.

En attendant, cinq corridors potentiels sont étudiés. Quatre corridors se situent à l’est du pont Pierre-Laporte et du pont de Québec et un à l’ouest. « Chacun des corridors a un potentiel de raccordement avec les principaux axes routiers de la région », a justifié la ministre, sans donner davantage de précisions sur le processus ayant mené à ce choix.

En réponse à une question, elle a ensuite expliqué : « Pourquoi ce sont ceux-ci qui ont été retenus ? Parce que ce sont les plus prometteurs dans le territoire où on va implanter le troisième lien. » Et d’ajouter que le choix se base notamment sur les enquêtes origine-destination. L’objectif étant de trouver le meilleur projet.

Une fois l’étude des besoins terminée, à la fin de cette année, trois corridors, « les plus prometteurs », seront retenus. De ces trois corridors, il n’en restera finalement plus qu’un après l’analyse des solutions, dont les résultats seront connus à l’été 2020.

« C’est donc en 2020 que nous présenterons aux citoyens notre projet de troisième lien routier entre Québec et Lévis », a assuré la ministre. Quant à la construction, elle débuterait en 2026.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le mercredi 15 août 2018 à 7:01
Modifié le jeudi 16 août 2018 à 0:31

Pages :1234567...102»