11
Déc
2020

La STLévis bonifie plusieurs de ses services

  

Article de Érick Deschenes. Le Journal de Lévis.

Crédit photo: Archives Le Journal de Lévis

Par voie de communiqué, la Société de transport de Lévis (STLévis) a annoncé, le 9 décembre, la bonification de son offre de services, particulièrement en ce qui a trait aux parcours offerts dans l’ouest de Lévis.

À compter du 14 décembre, le parcours Lévisien 3, qui relie les secteurs Saint-Étienne-de-Lauzon, Saint-Rédempteur et Saint-Nicolas à Sainte-Foy circulera désormais aux 30 minutes la fin de semaine dans les deux directions, plutôt qu’aux 45 minutes.

La fréquence des parcours locaux 22, 23 (Saint-Nicolas) et 31 (Breakeyville) sera également bonifiée lors des périodes hors-pointe en semaine, pour offrir un service aux 30 minutes sur les parcours 22 et 23, et aux 60 minutes sur le parcours 31.

Également, un nouveau service express, le parcours 220, reliera la station Plante, à l’intersection de la Route des Rivières et de la rue Plante à Saint-Nicolas, au centre-ville de Lévis. La STLévis estime que ce parcours permettra à ses utilisateurs d’arriver plus de 15 minutes plus tôt au campus de Lévis de l’UQAR, au siège social de Desjardins ou au Cégep de Lévis.  Dans l’est du territoire, le nouveau parcours 13 ainsi que le taxibus T-13 permettront d’offrir une desserte régulière dans le quartier Saint-David, le projet Umano et le Vieux-Lévis.

«L’augmentation de la fréquence du Lévisien 3 dans l’ouest de la ville ainsi que les autres bonifications s’inscrivent dans le cadre de la mise en place de notre réseau 2026 qui vise à améliorer la desserte des quartiers et des grands générateurs de Lévis», a souligné le président de la STLévis, Mario Fortier.


Catégorie(s) : Transports

Publié le vendredi 11 décembre 2020 à 8:36
Modifié le vendredi 11 décembre 2020 à 8:36

11
Déc
2020

Un nouveau complexe sportif dans l’ouest de Lévis

  

Article de Érick Deschenes. Le Journal de Lévis.

Une piste de pumptrack sera notamment construite sur le site du Complexe sportif et plein air de Lévis. CRÉDIT : AVENTURE MF

Bien connu dans la région grâce à leur entreprise Réseau sports adultes (RSA), Nicolas Dallaire et Steve Gaudreau donneront une nouvelle vie au site qui accueillait jusqu’à tout récemment Méchoui international. Cette parcelle du chemin Saint-Grégoire, à Saint-Étienne-de-Lauzon, accueillera désormais le Complexe sportif et plein air de Lévis.

L’un des propriétaires du site, Nicolas Chouinard, a approché il y a quelques semaines les créateurs de RSA, une entreprise qui gère des ligues et des tournois sportifs pour adultes, afin de trouver une nouvelle vocation aux terrains occupés par Méchoui international, qui a récemment fait faillite. Locataires à cet endroit depuis trois ans de terrains de volleyball de plage pour les activités de RSA, les deux hommes d’affaires étaient bien au fait du potentiel du site.

«En raison de l’interdiction des activités sportives en zone rouge, les activités de RSA sont littéralement sur pause depuis le début de l’automne. Lorsque cette belle opportunité s’est présentée à nous, nous avons sauté dessus. Les participants aux activités de RSA ont très souvent des enfants et nous voulions développer également des activités de sport et de plein air auxquelles tous les membres de la famille peuvent participer», a expliqué Steve Gaudreau, directeur associé de RSA.

Répondre aux attentes des sportifs et des amateurs de plein air
Pour donner vie au Complexe sportif et plein air de Lévis, Nicolas Dallaire et Steve Gaudreau ont donc créé une nouvelle entreprise. En plus d’amorcer des négociations pour acquérir le site qui accueillera le complexe, les deux hommes d’affaires ont mis en place ou prévoit construire différentes infrastructures pour permettre à ses futurs visiteurs de bouger.


Catégorie(s) : Sports, Arts & Loisirs

Publié le vendredi 11 décembre 2020 à 8:32
Modifié le vendredi 11 décembre 2020 à 8:34

2
Déc
2020

Réaménagement du boulevard Guillaume-Couture : le BAPE tiendra une séance d’information

  

Article de Érick Deschenes. Le Journal de Lévis.

Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) a annoncé, le 1er décembre, le début de la période d’information publique sur le projet d’implantation de mesures prioritaires pour le transport collectif sur le boulevard Guillaume-Couture, à Lévis et à Saint-Romuald.

Rappelons que comme le projet désiré par la Ville de Lévis provoquera l’élargissement du boulevard Guillaume-Couture sur plus de deux kilomètres, ce dernier est soumis à la Loi sur la qualité de l’environnement (LQE). C’est pour cela que le BAPE a reçu le mandat du ministre de l’Environnement, Benoît Charette, de tenir une séance d’information publique sur le projet.

En raison de la situation pandémique, la séance d’information publique qui se tiendra dans le cadre de la période d’information publique se tiendra uniquement par des modes numériques. Une séance sera diffusée en direct sur le site Web du BAPE et sur sa page Facebook, le 10 décembre dès 19h30.

À la suite des présentations du BAPE et de la Ville de Lévis, toute personne intéressée pourra poser ses questions en direct. Il sera possible de le faire en les soumettant à boulevard-guillaume-couture@bape.gouv.qc.ca, en les formulant directement sur la plateforme Facebook, ou encore par téléphone (1 800 463-4732). Jusqu’au mardi 5 janvier, dernière journée de la période d’information publique, les citoyens peuvent communiquer avec le BAPE pour obtenir plus d’informations.


Publié le mercredi 2 décembre 2020 à 16:41
Modifié le mercredi 2 décembre 2020 à 16:42

16
Nov
2020

Lévis s’attaque au sifflet du train à Charny

  

Article de Félix Morrissette-Beaulieu. Ici-radio-Canada.ca Section Québec

La Ville de Lévis enclenche la procédure auprès du Canadien National (CN) pour abolir le sifflet du train aux passages à niveau du chemin de Charny, de la rue de la Traverse et de l’avenue des Églises.

Depuis la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic et la nouvelle réglementation fédérale de 2015, les mécaniciens de locomotive doivent activer le sifflet de train à 400 mètres d’un passage à niveau, et doivent actionner ce sifflet jusqu’à ce qu’ils occupent complètement le passage à niveau, défend la Ville.

Comme il y a trois traverses ferroviaires rapprochées dans le secteur de Charny, le sifflet doit être activé sur une distance minimale de 1,2 kilomètre, ce qui est à la source des demandes visant à faire cesser le sifflet de train.

=> La suite Ici-Radio-Canada.ca Section Québec.


Catégorie(s) : Environnement,  Transports

Publié le lundi 16 novembre 2020 à 16:42
Modifié le mardi 17 novembre 2020 à 8:22

15
Nov
2020

Réaménagement du boulevard Guillaume-Couture : l’administration Lehouillier présente son concept final

  

Article de Érick Deschenes. Le Journal de Lévis.

Crédit: Ville de Lévis.

C’est lors d’une séance d’information virtuelle, tenue le 5 novembre, que la Ville de Lévis a présenté à une centaine de citoyens le concept final pour le réaménagement de portions du boulevard Guillaume-Couture. Le tout s’inscrit dans le projet de réseau de transport en commun structurant que la municipalité désire implanter sur cette artère.

« C’est la première fois que Lévis va aussi loin pour le transport actif. On voulait une colonne vertébrale pour notre transport en commun, mais on voulait aller plus loin. On voulait passer de l’âge de pierre à la modernité» , a d’emblée illustré le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

Rappelons que Lévis estime que le projet de réaménagement est estimé à près de 88 M$. Les gouvernements provincial et fédéral ont respectivement accordé 50 M$ et 27,3 M$ pour aider la municipalité à concrétiser ce projet.

Comme promis par l’administration Lehouillier, le réseau de transport structurant sur l’artère misera sur l’ajout de deux voies réservées aux autobus sur le boulevard Guillaume-Couture, dans chaque direction à droite, entre la rue Saint-Omer et la route du Président-Kennedy à Lévis ainsi qu’entre le chemin du Sault et la rue de Mercure à Saint-Romuald. Le tout permettra de conserver les quatre voies déjà existantes qui sont réservées aux automobilistes.


Publié le dimanche 15 novembre 2020 à 9:10
Modifié le samedi 5 décembre 2020 à 15:34

13
Nov
2020

La première phase des travaux achevée sur Saint-Omer

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

La rue Saint-Omer réaménagée et prolongée. Crédit : VILLE DE LÉVIS.

Le prolongement de la rue Saint-Omer est terminé et les quatre voies sont ouvertes à la circulation. Cette phase 1, qui couvrait la portion de route entre les boulevards Guillaume-Couture et Étienne-Dallaire, a été réalisée pour un montant de 17 M$ financé par la Ville.

Le prolongement de la rue Saint-Omer vient compléter celui du boulevard Étienne-Dallaire à partir du boulevard Alphonse-Desjardins, sur une distance de près de 1 km. Le nouvel axe vient remplacer le chemin des Forts, désormais fermé à la circulation sauf pour l’accès aux résidences privées.

Débutée en 2019, la première phase du prolongement de la rue Saint-Omer représente un investissement de 17 M$. Cette nouvelle section est composée de quatre voies de circulation, d’un terre-plein central ainsi que d’un trottoir et d’une piste cyclable, tous deux situés du côté ouest de la rue.

Les prochaines étapes prévues sont la poursuite du prolongement de la rue Saint-Omer jusqu’à l’autoroute 20 et le réaménagement à quatre voies du boulevard Wilfrid-Carrier. Le coût de cette seconde phase s’élèvera à 25 M$. Au total, les nouvelles installations routières se chiffreront à 42 M$, un montant entièrement financé par la Ville.


Catégorie(s) : Environnement,  Transports

Publié le vendredi 13 novembre 2020 à 20:53
Modifié le samedi 5 décembre 2020 à 15:33

13
Nov
2020

Un type de résidence de plus en plus recherché

  

Article de Érick Deschenes. Le Journal de Lévis.


Crédit photo: Gilles Boutin

Alors que le marché de l’immobilier est en pleine ébullition dans la région et que plusieurs types de propriété s’envolent comme des petits pains chauds, plusieurs familles sont à la recherche d’un type bien particulier de résidence. Selon certains courtiers immobiliers œuvrant dans le Grand Lévis, la pandémie a renforcé la popularité des maisons bigénérationnelles.

« J’ai été en mesure de constater, au fil des rencontres que j’ai effectuées dans le cadre de mon métier, l’intérêt de plus en plus grandissant pour ce type de logis qui abrite le jeune couple et le ou les parents d’un des deux membres de ce couple. Depuis 2008, j’ai constaté une demande en augmentation chaque année pour ce type de logis, et ce, sans arrêt jusqu’en 2020 », a d’emblée partagé Simon Côté, courtier immobilier chez RE/MAX Avantages qui œuvre dans le domaine depuis une vingtaine d’années.

Selon un article de l’Association canadienne de l’immeuble (ACI) qui citait alors des données de Statistique Canada, les ménages multigénérationnels ont augmenté de 37,5 % entre 2001 et 2016, au-dessus de la croissance médiane (21,7%) des autres ménages. Selon un article de Radio-Canada publié le 21 octobre, les ventes de maisons intergénérationnelle ont augmenté de près de 30 % au Québec depuis un an. Depuis l’automne dernier, il s’en est vendu 1 444 dans la province.


Catégorie(s) : Habitation

Publié le vendredi 13 novembre 2020 à 20:43
Modifié le samedi 5 décembre 2020 à 15:37

7
Nov
2020

De nouvelles installations pour les Entrepôts Mini-Maxi

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

Un nouveau bâtiment de 77 entrepôts chauffés a été ajouté aux 135 places déjà existantes du 850, rue de Saint-Romuald. Les propriétaires des Entrepôts Mini-Maxi à Lévis, Sarah Caron et Jimmy Duval, ont réalisé cet investissement pour répondre à la demande toujours croissante.

Le nouveau bâtiment de 7 000 pieds carrés sur deux étages compte 77 entrepôts, pour un total de 210. Les nouveaux espaces disposent de planchers chauffés. Les utilisateurs trouveront aussi un monte-charge et des chariots à leur disposition.

« Il y a une demande constante et grandissante pour de l’entreposage chauffé. Avant l’agrandissement, on avait 135 unités non-chauffées et on en manquait toujours », explique la présidente et gestionnaire d’Entrepôt Mini-Maxi, Sarah Caron, qui a souhaité proposer une offre encore plus diversifiée à ses clients, des particuliers et des entrepreneurs.

L’entreposage chauffé permet notamment de « casser l’humidité, d’éviter que les biens gèlent, comme les électroniques ou les électroménagers qui contiennent de l’eau ». C’est aussi un avantage pour les entrepreneurs qui conservent des produits tels que la colle, la silicone, etc. Et de préciser qu’il n’est pas toujours nécessaire qu’un entrepôt soit chauffé, mais que «certaines personnes préfèrent ».

Les Entrepôts Mini-Maxi offrent des espaces de stockage, de toutes les dimensions, en hauteur et en grandeur, libre-service avec une porte individuelle. Les bâtiments sont accessibles 24 heures sur 24 et la cour est surveillée par des caméras de sécurité.

L’intérieur des entrepôts est en acier galvanisé résistant au feu et à la moisissure. De plus, le sol est en béton. Il est possibilité d’ajouter une mezzanine dans certains locaux pour disposer de plus d’espace. Il est possible de louer au mois ou à l’année.

Depuis trois ans, les entrepreneurs Sarah Caron et Jimmy Duval sont à la tête de l’entreprise fondée par Gérard Baron, qui existe depuis plus de 30 ans. Tous deux comptent poursuivre le développement afin de répondre à tous les besoins en entreposage.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Commerce - Économie

Publié le samedi 7 novembre 2020 à 16:43
Modifié le vendredi 13 novembre 2020 à 20:40

27
Sep
2020

Une nouvelle expansion pour le Marché Carrier

  

Article de Alexandre Bellemare. Le Journal de Lévis.

Le Marché Carrier prendra de nouveau de l’expansion afin d’offrir la livraison de ses produits prêts-à-manger, un investissement d’environ 700 000$. Crédit : Alexandre Bellemare.

Le Marché Carrier vient d’acquérir le terrain du restaurant Denis de la jungle, voisin du commerce vieux de 50 ans. Avec cette nouvelle acquisition, l’entreprise de Pintendre investira près de 700 000 $ afin de construire une nouvelle usine spécialisée en prêt-à-manger afin de livrer ses produits dans l’ensemble de la province.

Le restaurant Denis de la jungle annonçait sa fermeture sur sa page Facebook, le 31 août dernier. «C’est avec regret que nous annonçons la fermeture du Restaurant Denis de la jungle qui aura lieu le vendredi 18 septembre 2020. Ces dernières années, le manque d’employés est devenu trop problématique. Je remercie sincèrement ceux et celles qui sont venus nous encourager en salle à manger et/ou en commandes pour emporter. Merci à vous tous!», pouvait-on lire.

Jean Carrier, propriétaire du Marché Carrier, a donc acquis le terrain du restaurant de Pintendre dans le but de construire son dernier projet d’expansion avant sa retraite, croit-il. « L’objectif, c’est de voir les produits du Marché Carrier partout dans la province », explique-t-il.


Catégorie(s) : Commerce - Économie

Publié le dimanche 27 septembre 2020 à 9:58
Modifié le samedi 5 décembre 2020 à 15:39

27
Sep
2020

La Maison Dessercom est inaugurée

  

Article de Érick Deschênes. Le Journal de Lévis.

Pour souligner l’ouverture prochaine de la Maison Dessercom, François Paradis, député de Lévis, Julie Suzanne Doyon, Maxime Laviolette, Clarence Pelletier, président des membres de tradition chez Dessercom, Daniel Paré, président-directeur général du CISSS-CA, Marco Décelles, directeur général de la FQC, et Gilles Lehouillier, maire de Lévis, ont coupé le traditionnel ruban.

C’est en présence d’élus et de collègues que les dirigeants de Dessercom, de la Fondation Hôtel-Dieu de Lévis (FHDL), du Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS-CA) et de la Fondation québécoise du cancer (FQC) ont officiellement inauguré la Maison Dessercom, le 10 septembre dernier.

Alors que le bâtiment est déjà présent dans le paysage de l’Hôtel-Dieu de Lévis depuis plusieurs mois, la crise sanitaire actuelle a malheureusement obligé les organismes derrière sa création à reporter son inauguration, à la semaine dernière, et son ouverture officielle au 28 septembre.

Rappelons que ce printemps, les lits disponibles dans cette nouvelle hôtellerie hospitalière ont été mis à la disposition du CISSS-CA, au cas où l’Hôtel-Dieu de Lévis aurait été débordé de patients en raison de la pandémie. Après ce nouveau rôle que pourrait être appelé à jouer de nouveau l’édifice de la rue Wolfe dans les prochains mois, la Maison Dessercom et ses 30 chambres pourront cependant accomplir sa mission initiale dès le 28 septembre prochain.

Les résidents de la Chaudière-Appalaches qui doivent se déplacer pour des traitements répétés sans hospitalisation à l’Hôtel-Dieu de Lévis ou au Centre régional intégré en cancérologie (CRIC) pourront y séjourner à prix modique dès la fin du mois de septembre. En effet, chaque usager qui désire passer une nuitée dans cette hôtellerie hospitalière devra débourser entre 30 $ et 60 $. De plus, les personnes qui séjourneront à la Maison Dessercom pourront profiter de plusieurs activités et d’une ambiance propice à la relaxation afin de se changer les idées.


Catégorie(s) : Non classé

Publié le dimanche 27 septembre 2020 à 9:52
Modifié le samedi 5 décembre 2020 à 15:39

Pages :1234567...170»