22
Mar
2018

Avis aux lecteurs de Lévis Urbain

  

Lévis Urbain.ca a été victime d’une problématique technique qui a grandement affecté son fonctionnement. Nous avons dû nous résoudre à mettre hors service le blogue et à le reconstruire à partir de sauvegardes.

Nous sommes à restaurer le blogue petit à petit et cela explique pourquoi le contenu y est moins abondant en ce moment. Il pourra arriver à l’occasion que des liens menent vers des pages inexistantes. Nous nous excusons pour ce désagrément.


Catégorie(s) : Non classé

Publié le jeudi 22 mars 2018 à 22:35
Modifié le jeudi 22 mars 2018 à 23:04

17
Nov
2018

7 M$ pour six entreprises manufacturières de la région

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

La tournée de l’Initiative manufacturière Investissement Québec s’est arrêtée à Lévis ce 16 novembre pour annoncer des contributions financières totalisant 7 012 300 $ à six entreprises de la région, dont Cuisine Moris Collection, de Saint-Romuald, Moulexpert et Précinov, de Lévis, afin de les soutenir dans leurs projets d’innovation.

En Chaudière-Appalaches, le secteur manufacturier représente 1 000 entreprises, 39 000 emplois et 24 % du PIB régional. Pour l’ensemble de la province, le secteur génère 14 % du PIB et 88 G$ en exportation, 827 000 emplois directs et indirects, et compte plus de 13 000 entreprises.

«La région de la Chaudière-Appalaches peut compter sur une industrie manufacturière très active, dont les retombées sont importantes pour les gens d’ici. Nous croyons à l’expertise des entrepreneurs, qui sont le moteur du développement économique des régions, et nous serons leur partenaire pour les aider à s’adapter aux nouvelles réalités», a soutenu Marie Eve Proulx, ministre déléguée au Développement économique régional et ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches, de la région du Bas-Saint-Laurent et de la région de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.

Entrer dans la révolution industrielle 4.0
L’Initiative manufacturière est un mouvement porté par Investissement Québec, aux côtés du gouvernement du Québec, qui vise à assurer la prospérité des entreprises québécoises en les incitant à investir dans l’innovation et à entrer dans la révolution industrielle 4.0. L’entreprise manufacturière innovante serait donc une entreprise qui utilise, connecte et intègre de nouvelles technologies pour fabriquer des produits exportables à valeur ajoutée lui permettant une croissance dynamique dans ses débouchés.

Dans le cadre de la tournée d’Investissement Québec, les entrepreneurs ont été conviés à rencontrer des spécialistes pour les conseiller dans leur virage vers l’innovation et les renseigner sur le financement disponible. De plus, des experts en matière de substitution des importations et de recrutement de main-d’œuvre participent aux présentations.

«L’industrie manufacturière joue un rôle crucial dans la création de richesse. À Investissement Québec, nous en avons fait une priorité stratégique et nous sommes convaincus de l’importance d’inciter nos entreprises à investir dans l’automatisation et le virage numérique», a déclaré Pierre Gabriel Côté, président-directeur général d’Investissement Québec.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Industriel

Publié le samedi 17 novembre 2018 à 7:18
Modifié le samedi 17 novembre 2018 à 7:18

17
Nov
2018

La Ressourcerie inaugure son deuxième point de service

  

Article de Érick Deschenes. Le Journal de Lévis.

Dans le cadre des Semaines de l’économie sociale en Chaudière-Appalaches, la Ressourcerie de Lévis a inauguré, le 14 novembre, son deuxième point de service en présence d’une centaine d’invités, dont le maire de Lévis Gilles Lehouillier et le député fédéral Jacques Gourde. En plus de continuer de le faire à son magasin du quartier Lévis, l’entreprise d’économie sociale lévisienne offrira dès le 20 novembre ses services au 404, avenue Taniata à Saint-Romuald.

«L’inauguration de la toute nouvelle succursale de la Ressourcerie de Lévis est une étape importante dans la croissance de notre entreprise d’économie sociale. […] Nous sommes convaincus que son aménagement sobre, fonctionnel et sécuritaire permettra aux citoyens du centre et de l’ouest de Lévis d’avoir accès à des articles de qualité à prix abordable», s’est d’emblée réjoui Christian Milette, directeur général de la Ressourcerie.

Le nouveau magasin de l’entreprise qui récupère et revalorise des matières résiduelles est situé dans un local de 12 000 pieds carrés. Comme à la succursale de Lévis située sur la rue Charles-A.-Cadieux, la Ressourcerie y vendra des matières usagées (vêtements, meubles, électroménagers, jouets, articles de décoration et antiquités) ainsi que certains produits neufs ou de consommation (fin de ligne, déclassés ou près de la date de péremption).

En plus, les citoyens du centre et de l’ouest de Lévis pourront y donner des matières dont ils veulent se débarrasser, grâce au comptoir de dons aménagé dans le nouveau point de service. C’est grâce à une équipe d’une dizaine d’employés que la Ressourcerie pourra offrir ses services à Saint-Romuald.

Notons également que Desjardins, Filaction, le gouvernement du Québec, Investissement Québec, Développement économique Lévis et le Réseau d’investissement social du Québec figurent parmi les partenaires financiers du projet. Ce dernier prévoit aussi des améliorations locatives aux installations de la Ressourcerie et de l’acquisition d’équipement.

Autres motifs de réjouissances
En plus de l’inauguration, l’équipe de l’entreprise d’économie sociale a profité de l’occasion pour célébrer d’autres bonnes nouvelles. D’abord, la Ressourcerie a souligné l’obtention du prix Essor, remis lors du gala de reconnaissance des Semaines de l’économie sociale en Chaudière-Appalaches. Cet honneur visait à saluer la croissance exceptionnelle de l’entreprise lévisienne.

Ensuite, la Ressourcerie a dévoilé sa nouvelle image de marque, bien présente dans le nouveau magasin de Saint-Romuald ainsi que sur les camions de l’entreprise d’économie sociale.

«Notre nouvelle image de marque reflète fondamentalement l’identité de la Ressourcerie. Nous voulions nous mettre à jour et faire vivre nos valeurs et notre identité. Notre nouveau logo a été conçu pour les médias sociaux. Il est plus punché», a expliqué Isabelle Cloutier, la gestionnaire de la nouvelle succursale et responsable marketing de la Ressourcerie.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Commerce - Économie

Publié le samedi 17 novembre 2018 à 7:16
Modifié le samedi 17 novembre 2018 à 7:16

16
Nov
2018

Le tramway de Québec jusqu’à Lévis, rêve Gilles Lehouillier

  

Article de Marc-Antoine Lavoie. ICI Radio-Canada.ca – Région de Québec.

Le futur tramway de Québec « pourrait traverser à Lévis » estime le maire Gilles Lehouillier qui prédit déjà un développement massif de l’est de sa ville.

La densité de la population dans l’est de Lévis ne justifie pas pour l’instant l’établissement d’un système de transport en commun lourd, convient M. Lehouillier. Mais la construction du 3e lien viendra tout changer, assure-t-il.

=> La suite sur ici.radio-canada.ca


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le vendredi 16 novembre 2018 à 12:21
Modifié le vendredi 16 novembre 2018 à 12:21

14
Nov
2018

Le dossier de l’aérodrome de Pintendre en Cour suprême

  

Article de Alexandre Bellemare. Le Journal de Lévis.

Crédit : Gilles Boutin – Archives.

La Ville de Lévis a décidé de porter en Cour suprême le litige l’opposant à la propriétaire de l’aérodrome de Pintendre, Albertine Leclerc. En effet, la Ville souhaite interdire les activités de parachutisme de l’aérodrome. Cette décision a été adoptée par le conseil municipal lors de la séance ordinaire du 12 novembre.

À la suite de son passage en Cour d’appel, la réglementation municipale de la Ville de Lévis avait été jugée inapplicable en ce qui a trait au parachutisme. Par contre, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier se réjouissait d’une victoire qu’il juge importante. « En Cour d’appel, on a gagné quelque chose qui n’a peut-être pas l’air de grand-chose, mais maintenant quand on ouvre un aérodrome, on est obligé de demander un permis à la Ville », a rappelé le maire.

Selon lui, cette avancée est importante pour toutes les municipalités du Québec, mais celui qui s’est vu refuser l’interdiction de réglementer les activités de parachutisme sur le territoire de la Ville a voulu porter la cause plus loin. « C’est une question de principe fondamentale sur le pouvoir des municipalités de déterminer l’usage. La loi sur l’aménagement et l’urbanisme est catégorique, les usages doivent être déterminés par les Villes », s’est-il justifié.

Pour la Ville, les activités de parachutisme sont une nuisance pour les citoyens, car elles engendrent beaucoup de circulation aérienne, « il y a une différence avec un aérodrome qui offre dix départs dans une journée comparé à 35 ou 40 départs un samedi ».

Des frais dits nécessaires
Le premier citoyen de Lévis se dit protecteur de ses citoyens dans ce dossier, mais il souhaite représenter les municipalités du Québec qui suivent ce dossier avec attention. C’est pourquoi il fera une autre demande à l’Union des municipalités du Québec afin d’alléger les coûts entourant cette démarche. « C’est une opération qui aura comme coûts entre 30 000 $ et 40 000 $ avec le 10 000 $ de l’Union des municipalités du Québec, ça devrait tourner autour de 20 000 $ et 30 000 $ », a-t-il spécifié. Cette contribution démontrera l’intérêt et l’appui des différentes municipalités québécoises, selon le maire.

De plus, M. Lehouillier est confiant dans la démarche de la Ville puisqu’elle reçoit le soutien du gouvernement du Québec. « Le gouvernement (provincial), nous a assuré toute sa collaboration dans ce dossier, et ce jusqu’en Cour suprême », a conclu Gilles Lehouillier.


Reproduit avec autorisation.


Publié le mercredi 14 novembre 2018 à 3:04
Modifié le vendredi 16 novembre 2018 à 12:24

13
Nov
2018

Des voies réservées maintenant plus accessibles aux voitures à Lévis

  

Article Marc-Antoine Lavoie de ICI Radio-Canada.ca – Section Québec.

Plus de véhicules pourront désormais utiliser les voies réservées de la route des Rivières à Lévis, au sud de l’autoroute 20.

Les voies réservées entre les rues de Bennières et Bellerive sont maintenant ouvertes dans les deux directions aux autobus, aux taxis, aux véhicules électriques ainsi qu’au covoiturage à deux personnes et plus.

Le ministère des Transports a ainsi répondu aux demandes répétées de la Ville de Lévis qui y voyait une façon d’améliorer la fluidité de la circulation.

=> La suite sur ici.radio-canada.ca.


Catégorie(s) : Transports

Publié le mardi 13 novembre 2018 à 12:32
Modifié le mardi 13 novembre 2018 à 12:32

12
Nov
2018

Gilles Lehouillier privilégie un tunnel à 4 milliards $

  

Article de taïeb Moalla. Le Journal de Québec.

S’il n’en tenait qu’au maire de Lévis, le troisième lien entre Québec et Lévis serait un tunnel de 7,8 km qui coûterait 4 milliards $, soit exactement le mégaprojet étudié par le professeur Bruno Massicotte il y a deux ans.

C’est ce dont Gilles Lehouillier a convenu lundi soir, lors d’un impromptu de presse tenu juste avant le début du conseil municipal. « Sur le plan personnel, ça veut dire comme maire de Lévis, je privilégie le tunnel. C’est ce qui ferait le moins de dommages au niveau du développement durable. Ce que Massicotte proposait, c’est mon option préférée », a-t-il fait savoir.

=> La suite sur journaldequebec.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le lundi 12 novembre 2018 à 23:19
Modifié le lundi 12 novembre 2018 à 23:19

8
Nov
2018

Les commerces intérieurs se séparent du Marché de Lévis

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

La Laiterie Charlevoix va doubler sa surface de vente.

Après la fermeture de deux commerces le 30 septembre, le Marché public de Lévis se transforme. Seuls les étalages maraîchers situés à l’extérieur continueront leurs activités sous cette bannière, tandis que les comptoirs dans le bâtiment deviendront des enseignes distinctes.

Au renouvellement des baux au terme d’une première période de quatre ans, la boucherie Delecta ainsi qu’Olives et gourmandises ont pris la décision de ne pas poursuivre leurs activités au sein de la section intérieure du Marché de Lévis. Les commerçants ont fermé leur porte le 30 septembre dernier.

Si le Marché de Lévis a quelque peu peiné à faire sa place depuis sa création, les causes de ces fermetures n’auraient pas de lien avec la fréquentation, qui d’ailleurs est en hausse et compte une clientèle régulière, indique le directeur général du Marché de Lévis, Bernard Royer (sur la deuxième photo), également employé de la Laiterie Charlevoix à Lévis.

« J’ai toujours dit qu’on aurait dû s’appeler les halles du Marché de Lévis pour la section intérieure. Dans la région, il y a une association qui se fait entre marché public et maraîcher. Pour la clientèle, des halles, ce sont les halles comme à Sainte-Foy. Mais là on a un marché et ce sont des commerces. Si on avait appelé ça les halles du Marché, facilement les clients y auraient associé de bons produits », fait-il valoir.


Catégorie(s) : Commerce - Économie

Publié le jeudi 8 novembre 2018 à 14:30
Modifié le vendredi 9 novembre 2018 à 12:44

8
Nov
2018

Donnez votre opinion sur votre transport en commun

  

Le Bureau de la mobilité durable invite tous les citoyens à participer à un sondage afin de développer une offre de transport en commun sur mesure pour Lévis. On vous invite à être un acteur du changement en participant à un sondage avant le 2 décembre.

Vous pouvez le faire en visitant le legerweb.com/mobilite2018.


Catégorie(s) : Transports

Publié le jeudi 8 novembre 2018 à 12:09
Modifié le jeudi 8 novembre 2018 à 12:09

8
Nov
2018

Troisième lien : l’accord des élus de l’île d’Orléans essentiel, dit le maire de Lévis

  

Article de Stéphanie Martin. Le Journal de Québec.

L’accord des élus de l’île d’Orléans est essentiel à la réalisation d’un troisième lien, soutient le maire de Lévis.

Gilles Lehouillier a présenté, jeudi, les réalisations de la première année de son deuxième mandat. En tête de liste, il a cité le troisième lien qui est maintenant privilégié à l’est par le nouveau gouvernement de la Coalition Avenir Québec.

=> La suite sur journaldequebec.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le jeudi 8 novembre 2018 à 12:05
Modifié le jeudi 8 novembre 2018 à 12:05

1
Nov
2018

Davie obtient une part d’un important contrat fédéral

  

Article de Érick Deschênes. Le Journal de Lévis.

Services publics et Approvisionnement Canada a émis le 1er novembre, au nom du ministère de la Défense nationale, des préavis d’adjudication de contrats (PAC) indiquant son intention de confier la prestation de services de soutien à la maintenance des 12 frégates de la classe Halifax du Canada au chantier maritime lévisien Davie, à Irving Shipyards d’Halifax et à Seaspan de Victoria. Les trois contrats totaliseront une valeur d’environ 7 G$.

Selon Radio-Canada, Seaspan devrait moderniser cinq frégates alors que Davie et Irving Shipbuilding se partageraient le reste à part égales, en alternance.

Ces contrats ont attribués dans le cadre du volet des projets de réparation, de radoub et de maintenance de navires. Les 12 frégates de la classe Halifax pourront ainsi continuer de faire l’objet de travaux de maintenance et d’ingénierie jusqu’à la livraison des nouveaux navires de combat canadiens.

À la suite d’une consultation auprès de l’industrie lancée en décembre 2016, Ottawa estime que les trois chantiers navals canadiens présélectionnés possèdent les effectifs et l’infrastructure nécessaires pour exécuter les travaux demandés.

Notons toutefois que les autres fournisseurs intéressés à soumissionner l’un de ces contrats disposent de 15 jours civils pour signaler leur intérêt en soumettant un « énoncé de capacités » qui satisfait aux exigences décrites dans les PAC.

« Notre gouvernement, qui s’est engagé à long terme à maintenir une force navale agile et réactive, fournira à la Marine et à ses marins les navires fiables dont ils ont besoin pour faire leur travail, et ce, tout en protégeant les intérêts de toute la population canadienn e», a déclaré Carla Qualtrough, ministre fédérale des Services publics et de l’Approvisionnement et de l’Accessibilité.

Des centaines de travailleurs…en 2021
Si l’annonce d’Ottawa est une bonne nouvelle pour Davie à la suite des vagues de licenciements des derniers mois, les centaines d’employés embauchés qui seront appelés à oeuvrer à Lauzon sur les navires militaires devront prendre leur mal en patience.

En effet, les travaux ne débuteront qu’en 2021, comme le rapporte Radio-Canada. La réalisation du contrat serait cependant étalé sur 15 ans, soit jusqu’à la fin de la durée de vie des frégates de classe Halifax.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Industriel

Publié le jeudi 1 novembre 2018 à 10:03
Modifié le vendredi 2 novembre 2018 à 12:50

Pages :1234567...103»