Articles dans la catégorie « Habitation »

5
Déc
2018

Nouvelle configuration d’accès à la route Marie-Victorin pour certaines rues à l’ouest du quartier Roc-Pointe

  

Source: Ville de Lévis.

Une nouvelle configuration routière entrera en vigueur le jeudi 6 décembre 2018 dans le quartier Roc-Pointe.

À partir de cette date, la rue du Commodore et la rue de la Voilerie ne seront plus accessible par la rue de la Corniche. La rue de la Voilerie sera dorénavant directement reliée à la rue de l’Estran pour rejoindre la route Marie-Victorin.D’autres travaux doivent être complétés afin que la rue de la Corniche soit également reliée à la rue de l’Estran. Ces travaux seront finalisés au cours des prochaines semaines.


Catégorie(s) : Habitation,  Transports

Publié le mercredi 5 décembre 2018 à 17:25
Modifié le vendredi 14 décembre 2018 à 12:53

1
Déc
2018

Quartier des Constellations : Entente de principe conclue en médiation

  

Source : Ville de Lévis

La Ville de Lévis et le Regroupement des citoyens du secteur des Constellations ont aujourd’hui conclu une entente de principe qui permettra de mettre un terme à l’action collective qui concernait le développement du quartier des Constellations, secteur Saint-Jean-Chrysostome. Tous les acteurs signataires de cette entente se disent satisfaits de l’issue de la médiation effectuée et du dénouement du dossier.

Suivant cette médiation, les avocats procéderont à la rédaction finale de cette entente de règlement hors Cour. Par la suite, ceux-ci verront à demander l’approbation de cette entente de règlement par la Cour. Enfin, s’ensuivra la mise en œuvre du règlement. Cette dernière étape du processus est prévue, selon les délais raisonnables, à l’été 2019.

Les parties impliquées verront à dévoiler les termes de l’entente en temps opportun et aucun autre commentaire ne sera émis par les parties.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Habitation

Publié le samedi 1 décembre 2018 à 8:43
Modifié le samedi 1 décembre 2018 à 14:16

14
Nov
2018

Le dossier de l’aérodrome de Pintendre en Cour suprême

  

Article de Alexandre Bellemare. Le Journal de Lévis.

Crédit : Gilles Boutin – Archives.

La Ville de Lévis a décidé de porter en Cour suprême le litige l’opposant à la propriétaire de l’aérodrome de Pintendre, Albertine Leclerc. En effet, la Ville souhaite interdire les activités de parachutisme de l’aérodrome. Cette décision a été adoptée par le conseil municipal lors de la séance ordinaire du 12 novembre.

À la suite de son passage en Cour d’appel, la réglementation municipale de la Ville de Lévis avait été jugée inapplicable en ce qui a trait au parachutisme. Par contre, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier se réjouissait d’une victoire qu’il juge importante. « En Cour d’appel, on a gagné quelque chose qui n’a peut-être pas l’air de grand-chose, mais maintenant quand on ouvre un aérodrome, on est obligé de demander un permis à la Ville », a rappelé le maire.

Selon lui, cette avancée est importante pour toutes les municipalités du Québec, mais celui qui s’est vu refuser l’interdiction de réglementer les activités de parachutisme sur le territoire de la Ville a voulu porter la cause plus loin. « C’est une question de principe fondamentale sur le pouvoir des municipalités de déterminer l’usage. La loi sur l’aménagement et l’urbanisme est catégorique, les usages doivent être déterminés par les Villes », s’est-il justifié.

Pour la Ville, les activités de parachutisme sont une nuisance pour les citoyens, car elles engendrent beaucoup de circulation aérienne, « il y a une différence avec un aérodrome qui offre dix départs dans une journée comparé à 35 ou 40 départs un samedi ».

Des frais dits nécessaires
Le premier citoyen de Lévis se dit protecteur de ses citoyens dans ce dossier, mais il souhaite représenter les municipalités du Québec qui suivent ce dossier avec attention. C’est pourquoi il fera une autre demande à l’Union des municipalités du Québec afin d’alléger les coûts entourant cette démarche. « C’est une opération qui aura comme coûts entre 30 000 $ et 40 000 $ avec le 10 000 $ de l’Union des municipalités du Québec, ça devrait tourner autour de 20 000 $ et 30 000 $ », a-t-il spécifié. Cette contribution démontrera l’intérêt et l’appui des différentes municipalités québécoises, selon le maire.

De plus, M. Lehouillier est confiant dans la démarche de la Ville puisqu’elle reçoit le soutien du gouvernement du Québec. « Le gouvernement (provincial), nous a assuré toute sa collaboration dans ce dossier, et ce jusqu’en Cour suprême », a conclu Gilles Lehouillier.


Reproduit avec autorisation.


Publié le mercredi 14 novembre 2018 à 3:04
Modifié le vendredi 16 novembre 2018 à 12:24

31
Oct
2018

La maison Rodophe-Audette en cours de démolition

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

Deux jours après la décision du conseil municipal de Lévis qui autorise la démolition du 6410 de la rue Saint-Laurent, la pelleteuse est entrée en action ce 31 octobre au matin. En milieu de matinée, le premier étage de la résidence qui a surplombé le fleuve pendant plus d’un siècle, gisait déjà au pied des murs encore debout.

Après une décennie d’incertitudes, le sort de l’ancienne résidence d’un président de la Banque Nationale avait été scellé deux jours plus tôt, le 29 octobre, lors d’une séance extraordinaire du conseil municipal de Lévis. Les élus avaient finalement autorisé la démolition. C’est un citoyen qui avait fait appel de la décision du comité de démolition rendue en juillet dernier, portant pour la seconde fois le dossier devant le conseil de la Ville.

La maison Rodolphe-Audette devrait laisser place à des condos. Le projet devra être approuvée par la Ville. C’est à la fin de ce processus que le projet final sera connu.

Pour voir d’autres photos de la démolition, c’est ici.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Habitation,  Patrimoine

Publié le mercredi 31 octobre 2018 à 12:44
Modifié le mercredi 31 octobre 2018 à 12:44

30
Oct
2018

Pas d’intervention ministérielle pour sauver la Maison Rodolphe-Audette

  

Article de ICI Radio-Canada.ca – Section Québec.

La nouvelle ministre de la Culture, Nathalie Roy, n’a pas l’intention d’empêcher la Ville de Lévis de démolir la maison Rodolphe-Audette.

« C’était de la juridiction de la Ville, cette décision-là », a-t-elle justifié, mardi matin, en entrevue à Première heure.

Cette déclaration survient au lendemain d’une séance extraordinaire du conseil municipal de Lévis qui a scellé le sort de l’immeuble centenaire de la rue Saint-Laurent.

Malgré la décision de la ville, le Comité de mise en valeur de la Maison Rodolphe-Audette espérait éviter la démolition en demandant à la ministre de la Culture de suspendre momentanément la procédure.

=> La suite sur ici.radio-canada.ca.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Habitation,  Patrimoine

Publié le mardi 30 octobre 2018 à 16:08
Modifié le mardi 30 octobre 2018 à 16:10

29
Oct
2018

La maison Rodolphe-Audette pourra être démolie

  

Article de Érick Deschênes. Le Journal de Lévis.

Après deux processus d’évaluation du comité de démolition qui ont duré 731 jours et deux appels lancés par des citoyens, les membres du conseil municipal ont unanimement confirmé, le 29 octobre en séance extraordinaire, la décision prise par le comité de démolition en juillet dernier autorisant la démolition de la maison Rodolphe-Audette.

Rappelons que la deuxième décision du comité autorisant la démolition avait été portée en appel devant le conseil de la Ville le 24 septembre dernier.

Pour justifier leur décision, les échevins ont estimé que le bâtiment est dans un état de vétusté avancé et que les coûts pour la rénovation, la restauration et la remise en état de la structure du bâtiment sont «prohibitifs». Selon une étude commandée par la municipalité, seulement pour retaper l’appareil structural de maçonnerie, il en aurait pour près de 700 000 $ en travaux.

Également, le conseil municipal a avancé l’absence de projets significatifs pour la sauvegarde de l’immeuble présentés par le milieu (à la suite du premier appel de la décision ou lors des consultations publiques sur le PPU du Vieux-Lévis), l’inhabitation de l’immeuble depuis 20 ans et la sécurité des lieux comme arguments en faveur de la démolition.

« Ce n’est pas une décision idéale vu la valeur patrimoniale supérieure de l’édifice, mais on ne peut pas prendre en charge les 4 700 bâtiments patrimoniaux de Lévis. La Ville ne peut pas intervenir sur les propriétés qui ne lui appartiennent pas. (…) Il n’est pas question d’investir 1,5 M$, 2 M$ ou 3 M$ de l’argent des contribuables sur un site qui n’a pas de vocation (pour la municipalité) », a expliqué Gilles Lehouillier, maire de Lévis, aux journalistes en marge de la séance extraordinaire.

Avec cette confirmation de la décision du comité de démolition, le propriétaire du 6410, rue Saint-Laurent, Le Belvédère de Lévis, pourra obtenir «très rapidement» le permis lui permettant de raser le bâtiment.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Habitation,  Patrimoine

Publié le lundi 29 octobre 2018 à 21:10
Modifié le mardi 30 octobre 2018 à 21:44

28
Sep
2018

Projet d’hôtellerie hospitalière : demande de démolition acceptée

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

Crédit photo : COURTOISIE ANNE CARRIER ARCHITECTURE – DESSERCOM.

Les résidences situées 15 rue Charles-Édouard et 36 rue Montcalm pourront finalement être démolies pour laisser place à un projet d’hôtellerie hospitalière voulu par Dessercom en prévision de l’ouverture du centre de cancérologie à l’Hôtel-Dieu de Lévis, a tranché le conseil municipal dans une décision rendue le 24 septembre lors de la séance ordinaire.

Dessercom avait fait appel de la décision du 6 mars du comité de démolition de la Ville de Lévis, qui refusait sa demande de démolition des deux résidences lui appartenant pour y construire une hôtellerie hospitalière. L’appel a été entendu le 9 juillet lors d’une séance extraordinaire du conseil municipal. Dans ce cadre, la Ville a auditionné les promoteurs du projet afin de s’assurer de l’opportunité de la démolition et de la préservation de l’harmonie du quartier.

Lors de l’appel, les promoteurs ont présenté un projet de remplacement révisé. Le dessin du projet a été dévoilé lors de cette séance publique. Rappelons que le bâtiment d’un étage sera situé en retrait de la rue, comme les maisons avoisinantes et que sa façade intègre des parties en bois. L’entrée principale sera située rue Wolfe et le stationnement sera isolé par un mur végétal.

Au vu de la révision du projet, de la «volonté du requérant» d’intégrer le projet de remplacement dans l’environnement bâti et de l’intérêt social et communautaire du projet d’hôtellerie, le conseil municipal a finalement autorisé la démolition des deux résidences. Il est aussi précisé que les orientations du Plan particulier d’urbanisme (PPU) du Vieux Lévis sont respectées.

À lire : Un projet d’hôtellerie hospitalière défendu devant la Ville.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Habitation

Publié le vendredi 28 septembre 2018 à 8:44
Modifié le vendredi 28 septembre 2018 à 12:35

8
Sep
2018

Le prolongement d’Étienne-Dallaire se poursuit

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

La deuxième phase des travaux de prolongement du boulevard Étienne-Dallaire, réalisés dans le cadre du projet de développement résidentiel et commercial Umano, a été officiellement lancée ce 7 septembre.

Débutée en août, cette nouvelle étape des travaux verra la réalisation de la section ouest du boulevard, qui reliera la rue Berlioz au boulevard Alphonse-Desjardins, près de l’UQAR, d’ici la fin de l’année 2018.

Elle fait suite à la réalisation, en 2016-2017, de la section est du boulevard à partir de la rue Berlioz, qui sera raccordée à la rue Saint-Omer dont le prolongement est prévu à partir de 2019.

Ces deux phases totaliseront près d’un kilomètre et compteront quatre voies de circulation, séparées par un terre-plein central végétalisé, ainsi qu’un trottoir, une piste multifonctionnelle et des terre-pleins latéraux végétalisés.

Le prolongement du boulevard Étienne-Dallaire a nécessité une entente sur les travaux municipaux avec le promoteur du projet Umano, le Groupe CSB. La participation financière de la Ville pour les travaux de surdimensionnement est évaluée à 1,8 M$ pour les deux phases.

Viendra ensuite l’élargissement de l’actuelle rue Saint-Omer, entre le boulevard Guillaume-Couture et le chemin des Forts, ainsi que son prolongement, entre le chemin des Forts et le boulevard Étienne-Dallaire, en 2019, puis entre le boulevard Étienne-Dallaire et la rue Wilfrid-Carrier, en 2020-2021.

2 000 unités de logement
Ce projet, qui sortira de terre au cours des dix prochaines années, comprendra 2 000 unités de logement et représentera une superficie commerciale et de services de 69 000 m2. Le groupe a d’ailleurs déjà développé 1 500 unités de logement à Lévis.

La construction de plusieurs bâtiments proche de la future esplanade, qui devrait être réalisée d’ici quatre ans, ainsi que du boulevard Étienne-Dallaire, a déjà commencé, a affirmé le président du Groupe CSB, Stephen Boutin. Il a confirmé que le chemin des Forts sera fermé à la circulation une fois la nouvelle place publique sortie de terre.

« Le projet Umano s’inscrit à titre d’un nouveau quartier axé sur le mieux-vivre qui permettra la mise en œuvre d’un milieu de vie et de travail idéal pour les résidents et travailleurs actuels et futurs de ce secteur », a-t-il déclaré.

Plus généralement, « au cours des dix prochaines années, nous prévoyons ajouter environ 8 500 unités de logement et 150 000 m2 de superficie commerciale et de services (à Lévis) », a déclaré Guy Dumoulin, conseiller municipal et président du comité consultatif d’urbanisme de la Ville de Lévis.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Habitation,  Transports

Publié le samedi 8 septembre 2018 à 9:19
Modifié le lundi 17 septembre 2018 à 23:43

30
Août
2018

Nouveau pôle commercial à Lévis incluant un hôtel de 16 étages

  

Article de Diane Tremblay. Le Journal de Québec.

Le projet Harlaka, qui est évalué à près de 550 millions $, sera réalisé par phases

Un nouveau pôle commercial et résidentiel de plus d’un demi-milliard de dollars, comprenant un hôtel, un aréna et une halte routière, verra le jour à Lévis, du côté sud de l’autoroute 20, à proximité de la route du Président-Kennedy.

Ce projet, d’une valeur de 550 M$, sera réalisé sur des terrains d’une superficie de quatre millions de pi2, subdivisée en deux parties.

=> La suite sur lejournaldequebec.com.


Catégorie(s) : Commerce - Économie,  Habitation

Publié le jeudi 30 août 2018 à 12:29
Modifié le lundi 17 septembre 2018 à 23:45

26
Juil
2018

La maison Rodolphe-Audette sera démolie

  

Article de Patricia Cloutier. Le Soleil.

La décision finale est tombée : la maison patrimoniale Rodolphe-Audette de Lévis sera démolie. Le comité de citoyens qui militait pour sa sauvegarde perd la bataille qu’il a menée pendant 4 ans.

« C’est une journée très triste. Ça fait depuis 2014 qu’on se bat. On croyait vraiment que le maire Gilles Lehouillier avait tendu la main aux citoyens pour sauver la maison, mais il n’en est rien », déplore Michel Belleau, membre du comité de mise en valeur de la maison Rodolphe-Audette.

=> La suite sur lesoleil.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Habitation,  Patrimoine

Publié le jeudi 26 juillet 2018 à 8:15
Modifié le vendredi 27 juillet 2018 à 12:45

Pages :12345678910»