Archives de la catégorie : Patrimoine

Le projet de transformation de l’église de Pintendre sur la glace

Par | 23 mars 2024 |

Article de Érick Deschênes. Le Journal de Lévis.

Rien ne se passe comme le prévoyait la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis et le groupe de citoyens qui désirait mettre la main sur l’église de Pintendre afin de conserver le temple dans le paysage du quartier lévisien. En raison de délais pour l’approbation de la transaction par l’archidiocèse de Québec, les travaux de réaménagement de l’édifice ne sont toujours pas lancés.

Rappelons qu’à la fin de 2023, le Journal dévoilait que la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis, qui veut se départir de l’église de Pintendre considéré comme un «bien excédentaire», avait trouvé une solution pour assurer l’avenir du site.

Après des consultations avec le milieu, l’organisme lévisien avait décidé de vendre l’église à une compagnie formée de quatre familles de Pintendre. Par contre, la paroisse allait rester actionnaire de l’église, tout en déléguant sa gestion à la corporation.

Pour répondre à l’augmentation du nombre d’élèves fréquentant l’école primaire des Moussaillons, située à proximité de l’église, les investisseurs ont prévu détruire la sacristie pour y aménager un nouveau bâtiment plus moderne accueillant six classes. Quant à elle, la nef de l’église doit être désacralisée pour devenir une salle communautaire à location, futur espace qui serait autant utilisé par les élèves de l’École des Moussaillons que la paroisse pour ses messes à Pintendre.

Lire la suite »

L’état d’un vieux moulin inquiète à Lévis

Par | 22 mars 2024 |

Article de Flavie Sauvageau. ICI Radio-Canada- Section Québec.

L’organisme Action patrimoine presse la Ville de Lévis d’agir pour la sauvegarde du moulin Gosselin, dernier moulin qui subsiste sur son territoire et ancien repaire du peintre Albert Rousseau. L’édifice est maintenant inaccessible au public et l’organisme craint qu’il soit mal entretenu.

Construit en 1835 par Benjamin Dubois et Flavien Loignon, le moulin borde la rivière Beaurivage à Saint-Étienne-de-Lauzon. Il a été exploité à partir de 1871 par la famille Gosselin, qui faisait la coupe d’arbres abattus le long des rivières Chaudière et Beaurivage, selon un portrait historique du moulin fait dans le journal Le Soleil en 1985.

Son état inquiète Action patrimoine, qui a reçu un signalement et des photos de la part du public. Le moulin semble montrer des signes de détérioration préoccupants, indique l’organisme. Des images prises en été sur le site semblent montrer quelques morceaux de bardeaux abîmés sur la toiture.

=> La suite à ici.radio-canada.ca.
=> Pour lire l’article de 1985 dont il est question, rendez-vous ICI sur le site de la BAnQ.

Le comité de démolition demande une contre-expertise

Par | 19 janvier 2024 |

Article de Érick Deschênes. Le Journal de Lévis.

Selon ce que rapporte Le Soleil mardi, le comité de démolition de Lévis a demandé une contre-analyse «indépendante» de l’état du 32, avenue Bégin, le bâtiment qui accueillait jusqu’en 2022 la succursale de Chocolats Favoris dans le Vieux-Lévis que souhaite démolir l’entreprise.

Ainsi, un appel de services auprès de firmes d’ingénierie et d’architecture spécialisées en patrimoine sera lancé par la Ville pour obtenir cette contre-expertise.

Rappelons que lors de l’audition de la demande de démolition déposée par Chocolats Favoris, plusieurs citoyens s’opposant au souhait de l’entreprise avaient demandé une telle analyse aux membres du comité de démolition.

C’est en octobre dernier que Chocolats Favoris a déposé une demande de démolition à la Ville de Lévis pour sa succursale située au 32, avenue Bégin. L’entreprise fondée à Lauzon veut toutefois y ramener ses activités à cet endroit dans un nouvel édifice qui tenterait de ressembler le plus fidèlement possible au bâtiment patrimonial ayant actuellement pignon sur rue à cet endroit.

Fort d’avis de ses experts, Chocolats Favoris argue que le bâtiment du 32, avenue Bégin est dans un état de vétusté « très avancé ». La maçonnerie d’époque, une partie intégrante de la structure du bâtiment, est en proie à des infiltrations d’eau qui, «sournoisement avec les années», ont engendré une détérioration.

Selon les experts de l’entreprise, la « dégradation importante des murs (de l’édifice) pourrait mener à un effondrement » et « il sera très difficile de trouver une méthode de travail sécuritaire ainsi qu’un entrepreneur prêt à réaliser les travaux de rénovation nécessaires ».


Reproduit avec autorisation.

Les plaidoyers se multiplient pour protéger la maison de Chocolats favoris à Lévis

Par | 27 octobre 2023 |

Article de Sébastien Tanguay. Le Devoir.

Un vent de contestation se lève à Lévis pour préserver la maison centenaire qui a abrité Chocolats favoris jusqu’à l’automne 2022. Le sort de cette dernière repose désormais entre les mains du comité de démolition de la Ville. Deux groupes, cette semaine, l’ont imploré de protéger la demeure des pics des démolisseurs.

Les actuels propriétaires de l’entreprise, qui ont fait son acquisition en 2012, affirment avoir envisagé toutes les avenues pour rénover la demeure. Chacune aboutissait à un cul-de-sac, selon les analyses commandées par la compagnie. Chocolats favoris a donc demandé l’autorisation de démolir son édifice de l’avenue Bégin, situé en plein coeur historique de Lévis, pour en ériger un nouveau sur le même lot.

=> La suite sur ledevoir.com.

Chocolats Favoris veut un nouveau bâtiment sur l’avenue Bégin

Par | 12 octobre 2023 |

Article de Érick Deschênes. Le Journal de Lévis.   Par voie de communiqué, Chocolats Favoris a annoncé, le 5 octobre, qu’elle « s’est résignée » à déposer une demande de démolition à la Ville de Lévis pour sa succursale située au 32, avenue Bégin. L’entreprise fondée à Lauzon veut toutefois ramener ses activités à cet… Lire la suite »

Le pont de Québec : Témoin de l’Histoire et chef-d’œuvre d’ingénierie (XI) – La saga de la peinture

Par | 2 septembre 2023 |

À lire aussi : Témoin de l’Histoire et chef-d’oeuvre d’ingénierie (IX) – La fin de la construction Témoin de l’Histoire et chef-d’oeuvre d’ingénierie (X) – Les voies automobiles Lors de la création du Canadien National en 1923, le gouvernement fédéral lui confie la responsabilité de l’entretien et de la gestion du pont de Québec. Dès… Lire la suite »

Le pont de Québec : Témoin de l’Histoire et chef-d’œuvre d’ingénierie (X) – Les voies automobiles

Par | 13 août 2023 |

À lire aussi : Témoin de l’Histoire et chef-d’oeuvre d’ingénierie (VIII) – La reconstruction et … une deuxième tragédie Témoin de l’Histoire et chef-d’oeuvre d’ingénierie (IX) – La fin de la construction Rappelons que lors de l’étude des soumissions pour le choix d’un devis pour la construction du pont en 1910, une mésentente était survenue… Lire la suite »

Le pont de Québec : Témoin de l’Histoire et chef-d’œuvre d’ingénierie (IX) – La fin de la construction

Par | 8 août 2023 |

À lire aussi : Témoin de l’Histoire et chef-d’oeuvre d’ingénierie (VII) – La première tragédie Témoin de l’Histoire et chef-d’oeuvre d’ingénierie (VIII) – La reconstruction et … une deuxième tragédie Suite à la décision de poursuivre le projet après une deuxième tragédie, les travaux d’érection de la seconde travée centrale du pont débutent à Sillery… Lire la suite »

Le pont de Québec : Témoin de l’Histoire et chef-d’œuvre d’ingénierie (VIII) – La reconstruction et … une deuxième tragédie

Par | 31 juillet 2023 |

À lire aussi : Témoin de l’Histoire et chef-d’oeuvre d’ingénierie (VI) – La construction Témoin de l’Histoire et chef-d’oeuvre d’ingénierie (VII) – La première tragédie La reconstruction En 1908, le gouvernement du Canada décide de prendre à sa charge la reconstruction du pont de Québec puisque ce dernier constitue un lien essentiel au chemin de… Lire la suite »

Le pont de Québec : Témoin de l’Histoire et chef-d’œuvre d’ingénierie (VII) – La première tragédie

Par | 24 juillet 2023 |

À lire aussi : Témoin de l’Histoire et chef-d’oeuvre d’ingénierie (V) – Les années qui précèdent la construction Témoin de l’Histoire et chef-d’oeuvre d’ingénierie (VI) – La construction Le premier février 1906, Théodore Cooper, ingénieur consultant au projet du pont de Québec reçoit un rapport de l’inspecteur du matériel pour la Phoenix Bridge Co. lui… Lire la suite »