Articles dans la catégorie « Commerce – Économie »

12
Nov
2019

Marché de Noël de Lévis : La Ville appuie l’initiative des commerçants du Vieux-Lévis

  

Source : Ville de Lévis.

À la suite de l’abandon de la tenue du Marché de Noël par la Corporation de développement du Vieux-Lévis (CDVL), la Ville de Lévis confirme qu’elle soutiendra financièrement les commerçants du secteur souhaitant faire vivre à nouveau cette activité en décembre prochain.

« Cette annonce s’inscrit admirablement bien dans la nouvelle planification de la revitalisation des secteurs traditionnels de la Ville de Lévis. En collaboration avec les acteurs du milieu, la Ville de Lévis annoncera d’ailleurs dès la semaine prochaine son plan d’action visant à favoriser le développement commercial dans les secteurs traditionnels de la Ville et à soutenir les commerces et les citoyens désirant organiser des activités d’animation de leur milieu de vie! » a déclaré le maire de Lévis, monsieur Gilles Lehouillier.


Catégorie(s) : Commerce - Économie,  Gouvernement

Publié le mardi 12 novembre 2019 à 8:41
Modifié le lundi 2 décembre 2019 à 13:02

7
Nov
2019

Un projet immobilier de 315 M$ à la tête des ponts du côté de Lévis

  

Article de Taïeb Moalla. Le Journal de Québec.

Situé à la tête des ponts et évalué à 315 millions $, un des projets immobiliers privés les plus imposants à Lévis changera le visage de ce secteur névralgique dans les prochaines années, a appris Le Journal.

L’annonce officielle et les détails du mégaprojet seront révélés jeudi matin par Humaco Stratégies, l’entité de développement immobilier du Groupe Humaco, entreprise lévisienne spécialisée en construction.

Selon les documents obtenus hier soir par Le Journal, Cocité Lévis est «un quartier urbain à usages mixtes» qui comptera une douzaine de bâtiments.

=> La suite sur journaldequebec.com.


Catégorie(s) : Commerce - Économie,  Habitation

Publié le jeudi 7 novembre 2019 à 13:02
Modifié le jeudi 7 novembre 2019 à 13:03

5
Nov
2019

Habitations Trigone s’installe à Saint-Nicolas

  

Article de Alexandre Bellemare. Le Journal de Lévis.

Accompagnée du Fonds immobilier de solidarité FTQ, Habitations Trigone a effectué le lancement de son complexe résidentiel tout inclus à Saint-Nicolas, Axès Trigone Le Nicolas, le 25 octobre dernier. Déjà en chantier, le projet qui comprendra 134 unités prévoit pouvoir accueillir les locataires dès juin 2020.

Cette construction de logements locatifs représente un investissement de 25 M$. Le concept derrière ce type de logements propose un milieu de vie unique pour ses locataires. « La nouveauté pour la région, c’est que nous avons un produit avec les services tout inclus, c’est-à-dire électricité, chauffage, Internet, téléphone et électroménagers », a exposé le président d’Habitations Trigone, Patrice St-Pierre.

Parmi ces 134 unités, on y retrouvera 82 logements avec une chambre à coucher et 52 avec deux chambres à coucher. Des espaces de stationnement extérieur et souterrain seront aménagés pour les résidents. Ces logements seront destinés à une clientèle mixte.

De plus, les promoteurs mentionnent qu’ils offriront un produit différent d’un immeuble à logements régulier. « On veut créer un milieu de vie pour les gens plutôt qu’un logement ordinaire. On souhaite que les locataires aient des échanges interpersonnels », a souligné le président. Une salle commune sera aussi à la disposition des locataires afin de faciliter la réception des membres de la famille ou groupe d’amis, par exemple.


Catégorie(s) : Commerce - Économie,  Habitation

Publié le mardi 5 novembre 2019 à 14:42
Modifié le mardi 5 novembre 2019 à 23:26

3
Nov
2019

Une station-service nouvelle génération à Lévis

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

Une station multiénergie est maintenant en service à Lévis, grâce à un investissement de plus de 10 M$. EBI Énergie, Groupe Crevier, Énergir et le Circuit électrique d’Hydro-Québec se sont regroupés pour proposer à un même emplacement des carburants traditionnels et alternatifs à proximité de l’autoroute 20 à Saint-Nicolas.

Située sur un axe routier stratégique pour les transporteurs, cette « première station multiénergie au Québec » offre un point de ravitaillement pour les véhicules lourds alimentés en gaz naturel comprimé (GNC), en gaz naturel liquéfié (GNL) et en diesel. Tous les postes destinés à la clientèle commerciale sont automatisés et accessibles 24 heures sur 24.

Quant aux véhicules légers, en plus des quatre îlots de ravitaillement en essence et diesel, les automobilistes peuvent aussi se recharger en électricité. La station universelle de quatre bornes rapides a été financée par le Circuit électrique d’Hydro-Québec.

Le Groupe Crevier a profité des travaux de construction pour mettre en place la canalisation souterraine nécessaire à l’acheminement de l’hydrogène vers les pompes actuelles advenant que les véhicules propulsés par ce type de carburant fassent leur entrée sur le marché.

« Ce projet s’inscrit dans notre vision d’offrir au marché du transport de personnes et de marchandises des solutions pour limiter son impact environnemental et réduire ses frais d’exploitation, a expliqué Olivier Sylvestre, directeur du développement – Transport au gaz naturel chez EBI Énergie. Cette station, en plus d’être une initiative issue de l’engagement de trois entreprises québécoises, ajoute un point de service au gaz naturel comprimé (GNC), l’un des principaux carburants alternatifs en Amérique du Nord. »


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Commerce - Économie,  Environnement

Publié le dimanche 3 novembre 2019 à 16:21
Modifié le mardi 5 novembre 2019 à 23:24

9
Oct
2019

Lévis mettra fin à son aide au marché public actuel

  

Article de Stéphanie Martin. Le Journal de Québec.

La Ville de Lévis mettra fin au financement de son marché public de Miscéo, qui n’a pas donné les résultats escomptés. Elle espère en ouvrir un nouveau sur les terres de la ferme Chapais qu’elle réclame au fédéral.

Le maire Gilles Lehouillier demande que le fédéral lui cède les terres de la ferme Chapais pour en faire le plus grand jardin communautaire de la province et pour y installer un marché public.

=> La suite sur journaldequebec.com.


Catégorie(s) : Commerce - Économie,  Gouvernement

Publié le mercredi 9 octobre 2019 à 19:46
Modifié le mercredi 9 octobre 2019 à 19:46

13
Juil
2019

Barbies ouvre ses portes à Lévis

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

© Crédit photo : Aude Malaret.

La chaîne québécoise de restaurants Barbies a ouvert son deuxième restaurant dans la région de Québec le 18 juin, à peine un an après l’ouverture du premier sur la Rive-Nord. À Lévis, la bannière s’est installée sur la route du Président-Kennedy.

Les amateurs de grillades trouveront un nouveau restaurant avec l’arrivée de la chaîne Barbies à Lévis. Les 5 250 pieds carrés accueillent 180 places assises et 80 de plus sont installées sur la terrasse. La bannière se trouve dans un bâtiment neuf de la société lévisienne Imafa.

C’est le deuxième Barbies ouvert dans la région par Jonathan Bélanger, le promoteur qui est aussi derrière le restaurant de Lebourgneuf créé en mars 2018.

« J’avais en tête d’ouvrir un premier restaurant et de me donner quelques années pour bien m’établir avant d’en ouvrir un deuxième », explique-t-il dans un communiqué. Mais « les choses ont si bien été » qu’il s’est lancé dans cette nouvelle aventure plus rapidement que prévu. « Je regarde déjà pour le … ou les prochains », annonce-t-il.

Fondé en 1992, la chaîne compte maintenant 11 restaurants, ainsi qu’une cuisine centrale et son siège social à Brossard. Barbies propose des grillades sur barbecue et autres plats, « préparés à partir de produits frais, servis avec attention et courtoisie, dans un environnement chaleureux et décontracté ».

Le Groupe prévoit ouvrir quatre restaurants dans les prochains 18 mois, dont deux dans la région de Québec. D’ici 2024, la chaîne passera de 11 à 25 restaurants.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Commerce - Économie

Publié le samedi 13 juillet 2019 à 7:37
Modifié le jeudi 25 juillet 2019 à 12:47

28
Juin
2019

Tunnel Québec – Lévis : cris de joie dans la région

  

Article de Érick Deschenes. Le Journal de Lévis.

La décision du gouvernement provincial d’opter pour le scénario d’un tunnel sans transit par l’île d’Orléans entre Lévis et Québec à l’est pour le projet de troisième lien routier interrives a été bien accueillie par plusieurs intervenants du Grand Lévis.

D’abord, la Chambre de commerce de Lévis (CCL), un ardent promoteur du projet depuis plusieurs années, s’est dite « plus que favorable » à l’annonce faite le 27 juin par le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel.

« La CCL a toujours appuyé la réalisation d’un tunnel entre les rives sud et nord du fleuve, et ce, à l’est de la ville. Le tracé proposé répond à nos attentes et permettra une meilleure fluidité du transport sur l’ensemble du territoire. En plus, nous saluons la rapidité avec laquelle le gouvernement souhaite réaliser une première pelletée de terre », a déclaré Marie-Josée Morency, vice-présidente exécutive et directrice générale de l’organisation.

Selon la Chambre, l’accessibilité à l’est de la ville et l’amélioration de l’interconnexion entre les deux rives « facilitera son développement et permettra également de belles opportunités pour les entreprises du secteur qui souffrent, entre autres, d’une pénurie de main-d’œuvre importante ».

Dans Bellechasse, la décision a aussi été saluée.

Pour le préfet de la MRC de Bellechasse, Clément Fillion, l’important était le choix de l’emplacement d’un éventuel troisième lien. « Ce que l’on comprend, c’est exactement le tracé prévu depuis belle lurette, même lors des travaux du comité que l’on avait mis sur pied à l’époque. »


Publié le vendredi 28 juin 2019 à 12:53
Modifié le vendredi 28 juin 2019 à 12:57

20
Juin
2019

Un steakhouse à Saint-Romuald

  

Article de Érick Deschenes. Le Journal de Lévis.

Crédit photo: Courtoisie.

Par voie de communiqué, le Groupe D Resto a annoncé, le 18 juin, l’ouverture au début de 2020 d’une quatrième succursale d’Entre-Côte Riverin, un steakhouse apportez votre vin, au Carrefour Saint-Romuald.

« Depuis l’ouverture du restaurant de Beauport, nous avions une forte demande pour l’arrivée d’un nouvel Entre-Côte Riverin sur la Rive-Sud de Québec. Saint-Romuald s’est avéré une destination toute naturelle pour notre concept unique de steakhouse », a déclaré Pascal Desgagné, copropriétaire et directeur des opérations des Entre-Côte Riverin.

Fondée il y a neuf ans au Saguenay, la chaîne, qui a également des restaurants à Jonquière, Chicoutimi et Beauport, propose des grillades, notamment de boeuf certifié angus (CAB), des côtes levées, des burgers, des poutines, des salades, des pâtes fraîches et des tartares. À Saint-Romuald, le restaurant sera situé dans l’édifice Oslo de Logisco.

C’est grâce à un investissement d’un million de dollars que le projet est rendu possible. Le restaurant disposera de 160 places assisses, 70 places en terrasse et d’une superficie de 4 451 pieds carrés. Son ouverture en février prochain permettra la création d’une cinquantaine d’emplois.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Commerce - Économie

Publié le jeudi 20 juin 2019 à 8:15
Modifié le jeudi 27 juin 2019 à 12:47

11
Juin
2019

Umano : 900 M$ pour un nouveau milieu de vie à Lévis

  

Article de Émilie Pelletier. Le Journal de Lévis.

Le dévoilement du projet Umano, évalué à 900 M$, a eu lieu lundi, en la présence d’élus et de plusieurs partenaires. Le promoteur et président du Groupe CSB, Stephen Boutin, a présenté sa vision immobilière inspirée du « Live, work, shop and play » dont les sept phases, comportant plus de 2 000 unités d’habitation, devraient s’échelonner sur la prochaine décennie.

« Beaucoup plus qu’un projet immobilier, Umano c’est une nouvelle conception de l’occupation du territoire, avec une trame urbaine et architecturale moderne dans un secteur recherché », a d’emblée lancé Stephen Boutin, dont l’équipe planche depuis plusieurs années sur ce milieu où il sera possible de vivre, de travailler, de s’amuser et de faire des emplettes.

Ce dernier s’est d’ailleurs entouré d’une trentaine de partenaires, comme Les Habitations du Golf, Groupe immobilier Brochu, D.S.B.D inc., Logis SLM inc. et Groupe Château Bellevue. Il est prévu, pour favoriser la mixité des usages et des clientèles, que chacun construise un ou des bâtiments à vocation particulière et offrant différents niveaux de services.

Appartements, coopératives, condominiums, maisons de ville et même une résidence de type évolutive pour aînés autonomes et en perte d’autonomie verront le jour. « En termes de gabarit et de gamme de prix, il y en aura pour tous les goûts, pour tous les âges, pour toutes les bourses », a précisé M. Boutin.


Catégorie(s) : Commerce - Économie,  Habitation

Publié le mardi 11 juin 2019 à 12:49
Modifié le mardi 11 juin 2019 à 13:16

11
Avr
2019

Bienville et Lauzon 100 % automatisés

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

Crédit photo: Archives Journal de Lévis.

À partir du 10 juin, les services au comptoir des centres de Bienville et Lauzon disparaitront pour être concentrés aux Galeries Chagnon. Entre le 7 mai et le 20 juin, l’ensemble des distributeurs automatiques seront modernisés.

« On se doit, et on l’exprime aux membres, de regarder l’évolution de la façon dont les gens achètent leurs produits, utilisent nos services. On doit constamment l’analyser et modifier, adapter nos modes de distribution pour être toujours proactif. Quand on regarde les dernières années, on s’aperçoit que le temps était venu en 2018 de prendre une décision et de transformer nos deux points de services de Bienville et Lauzon pour les rendre pleinement automatisés », a présenté Benoit Caron, le directeur général de l’institution financière lévisienne.

Après ce changement, 100 % des opérations au comptoir seront situées aux Galeries Chagnon et 100 % des activités de conseil au siège social, qui s’y trouvent depuis 2013.

Plus de 15 millions de transaction ont été effectuées à la Caisse de Lévis en 2018, dont 2 % ont été faites au comptoir. En 2001, 12 % des transactions étaient réalisées par un caissier et 36 % en 1991. Parallèlement, les transactions effectuées à l’aide d’un guichet automatique sont passées de 30 % à 7 % de 1991 à 2018. Et, sur la même période, les transactions réalisées en mode autonome de 34 % à 91 %.


Catégorie(s) : Commerce - Économie

Publié le jeudi 11 avril 2019 à 8:53
Modifié le mardi 16 avril 2019 à 12:58

Pages :1234567...16»