Articles dans la catégorie « Environnement »

10
Sep
2019

Collecte des déchets : un comité suit quotidiennement la situation

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

© Crédit photo : Gilles Boutin.

Un comité de suivi quotidien de la collecte des déchets s’est réuni pour la première fois ce lundi 9 septembre. Des réunions sont prévues tous les jours cette semaine, à 15 heures. La situation revient progressivement à la normale, selon la Ville.

« Quotidiennement, on va s’enquérir de la situation et on va s’assurer d’intervenir rapidement le cas échéant », a annoncé le maire, Gilles Lehouiller en marge du conseil municipal ce soir.

Nouvellement créé, un comité de suivi de la collecte des déchets s’assure du respect du contrat par le fournisseur. Après la première réunion tenue ce lundi 9 septembre, ses membres ont indiqué que « la situation se régularise sur le territoire ».

« En date d’aujourd’hui, c’est le retour à la normale. Ce qui veut donc dire que le ramassage des déchets s’est fait tel que prévu », a assuré le maire.

D’ailleurs, Sani-Terre Environnement s’y est engagé dans un plan d’action déposé le 27 août à la demande de la Ville. Un nouveau coordonnateur et un nouveau DG ont aussi rejoint l’entreprise, qui a même modifié son système de gestion.

Un plan qui « fonctionne », selon Gilles Lehouiller. « On nous avait dit qu’après la fin de semaine de la Fête du travail tout reviendrait dans l’ordre, c’est ce qui est en train de se produire. »


Catégorie(s) : Environnement

Publié le mardi 10 septembre 2019 à 8:28
Modifié le lundi 16 septembre 2019 à 12:21

26
Juil
2019

762 000$ pour le verdissement d’un parc industriel à Lévis

  

Article de Stéphanie Martin. Le Journal de Québec.

La Ville de Lévis a reçu un coup de pouce de 762 000$ du gouvernement du Québec pour verdir un de ses parcs industriels, un projet qui pourrait faire des petits à la grandeur de la ville et ailleurs.

Le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, s’était déplacé pour annoncer la nouvelle à Lévis, aujourd’hui. Les sommes, qui serviront à embellir le parc industriel de Bernières, dans l’ouest de la ville, proviennent de la phase 2 du programme Climat municipalités, qui finance des projets-pilotes pour lutter contre les changements climatiques.

=> La suite sur journaldequebec.com.


Catégorie(s) : Environnement,  Gouvernement

Publié le vendredi 26 juillet 2019 à 12:22
Modifié le vendredi 26 juillet 2019 à 12:22

27
Juin
2019

Un tunnel sous l’île d’Orléans comme 3e lien

  

Article de Jean-Francois Néron. Le Soleil

Le troisième lien Québec-Lévis prendra la forme d’un tunnel de 6,5 de kilomètres qui passera sous la pointe ouest de l’île d’Orléans. À quel coût ? Et pour quand ? Trop tôt pour le dire.

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a finalement fait connaître jeudi le tracé privilégié par le gouvernement de la CAQ pour la construction d’un troisième lien.

=> La suite sur lesoleil.com.


Catégorie(s) : Environnement,  Gouvernement,  Transports

Publié le jeudi 27 juin 2019 à 10:19
Modifié le jeudi 27 juin 2019 à 12:44

1
Mai
2019

Troisième lien : le GIRAM mise plutôt sur des tramways

  

Article de Érick Deschenes. Le Journal de Lévis.

S’il n’en tenait qu’au Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM), le troisième lien routier inter-rives désiré par plusieurs dans la région ne verrait jamais le jour.

Dans son plan de propositions pour lutter contre la congestion routière, présenté aux médias le 30 avril, le regroupement lévisien demande que le transport collectif soit privilégié, notamment par la construction d’un tunnel inter-rives réservé uniquement aux tramways.

« On est vraiment à contre-courant. Le troisième lien est un projet avec une vision du siècle dernier. Nous proposons une solution du 21e siècle. Ce qui aura un effet à long terme sur la congestion routière, c’est le transport collectif. Il faut donc miser sur autre chose qu’un troisième lien routier », a d’emblée lancé Gaston Cadrin, membre du GIRAM et principal contributeur au plan, lors d’un point de presse au campus de Lévis de l’UQAR.

Les actions désirées par le regroupement citoyen seraient regroupées en deux phases. Dans la première étape, le GIRAM désire qu’un tunnel reliant les centres-villes de Lévis (axe du boulevard Alphonse-Desjardins) et de Québec (quartier Saint-Roch) soit construit. Cette infrastructure permettrait de raccorder l’est de Lévis au système de transport structurant prévu sur la Rive-Nord puisque le tunnel ne serait réservé exclusivement qu’au transport de passagers en tramway.

Cette ligne s’amorcerait de l’autre côté de l’autoroute 20, entre la route du Président-Kennedy et la route Mgr-Bourget, dans un stationnement incitatif. Ce dernier permettrait aux citoyens des municipalités avoisinantes Lévis, principalement ceux de Bellechasse, de traverser à Québec sans avoir à utiliser leur voiture.


Catégorie(s) : Environnement,  Gouvernement,  Transports

Publié le mercredi 1 mai 2019 à 12:50
Modifié le mercredi 1 mai 2019 à 12:50

21
Déc
2018

Report de collectes pendant le temps des fêtes

  

Source : Ville de Lévis

Les collectes du mardi 25 décembre et du mardi 1er janvier seront reportées. Les citoyens concernés devront mettre leurs bacs roulants en bordure de rue à partir du mercredi matin et le laisser jusqu’au jeudi soir.

Collectes du mardi 25 décembre : Les bacs seront vidés sur deux jours, soit le mercredi 26 et le jeudi 27 décembre.

Collectes du mardi 1er janvier : Les bacs seront vidés sur deux jours, soit le mercredi 2 et le jeudi 3 janvier.

Pensez aussi à réduire votre empreinte écologique pendant le temps des fêtes! Réutiliser les emballages, offrir des cadeaux immatériels et utiliser de la vaisselle lavable constituent de bons moyens pour y arriver. Éliminer le gaspillage alimentaire et utiliser le bac brun pour les restes de table s’avèrent également des trucs fort utiles pour diminuer le volume de déchets générés.


Catégorie(s) : Environnement

Publié le vendredi 21 décembre 2018 à 12:50
Modifié le vendredi 21 décembre 2018 à 12:50

5
Déc
2018

Matières résiduelles : changement du jour de la collecte pour plusieurs quartiers

  

Article du Journal de Lévis.

© Photo: Gilles Boutin, Le Journal de Lévis.

À compter du lundi 4 février 2019, près du tiers des Lévisiens qui sont desservis par des collectes en bacs roulants de matières résiduelles verront leur journée de collecte modifiée. La Ville de Lévis a donc invité, le 29 novembre, la population et les entreprises concernées à vérifier si leur secteur et leur jour de collecte sont modifiés.

Pour vérifier si vous êtes touchés par les changements, un outil de recherche est disponible au ville.levis.qc.ca/collectes. En tapant votre adresse, vous pourrez voir si votre secteur de collecte change (est ou ouest) ainsi que savoir à quelle journée de la semaine vous devez sortir votre bac et lequel sortir à quelle semaine.

Notons que la journée de collecte déterminée pour une adresse est valable pour tous les bacs roulants (bac à déchets, bac brun et bac bleu) et que la fréquence des collectes n’est pas modifiée.

Lors de la transition en février 2019, les adresses qui changent de secteur bénéficieront d’une collecte de déchets trois semaines consécutives et d’une seule collecte de matières recyclables et compostables pour cette même période.

Soulignons finalement que la Ville a expliqué que la réorganisation des collectes était nécessaire afin de répartir plus équitablement le nombre de bacs roulants à vider à chaque jour par les camions. C’est en raison de la croissance de la population dans certains quartiers que la décision a été prise.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Environnement

Publié le mercredi 5 décembre 2018 à 7:43
Modifié le mercredi 5 décembre 2018 à 12:53

14
Nov
2018

Le dossier de l’aérodrome de Pintendre en Cour suprême

  

Article de Alexandre Bellemare. Le Journal de Lévis.

Crédit : Gilles Boutin – Archives.

La Ville de Lévis a décidé de porter en Cour suprême le litige l’opposant à la propriétaire de l’aérodrome de Pintendre, Albertine Leclerc. En effet, la Ville souhaite interdire les activités de parachutisme de l’aérodrome. Cette décision a été adoptée par le conseil municipal lors de la séance ordinaire du 12 novembre.

À la suite de son passage en Cour d’appel, la réglementation municipale de la Ville de Lévis avait été jugée inapplicable en ce qui a trait au parachutisme. Par contre, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier se réjouissait d’une victoire qu’il juge importante. « En Cour d’appel, on a gagné quelque chose qui n’a peut-être pas l’air de grand-chose, mais maintenant quand on ouvre un aérodrome, on est obligé de demander un permis à la Ville », a rappelé le maire.

Selon lui, cette avancée est importante pour toutes les municipalités du Québec, mais celui qui s’est vu refuser l’interdiction de réglementer les activités de parachutisme sur le territoire de la Ville a voulu porter la cause plus loin. « C’est une question de principe fondamentale sur le pouvoir des municipalités de déterminer l’usage. La loi sur l’aménagement et l’urbanisme est catégorique, les usages doivent être déterminés par les Villes », s’est-il justifié.

Pour la Ville, les activités de parachutisme sont une nuisance pour les citoyens, car elles engendrent beaucoup de circulation aérienne, « il y a une différence avec un aérodrome qui offre dix départs dans une journée comparé à 35 ou 40 départs un samedi ».

Des frais dits nécessaires
Le premier citoyen de Lévis se dit protecteur de ses citoyens dans ce dossier, mais il souhaite représenter les municipalités du Québec qui suivent ce dossier avec attention. C’est pourquoi il fera une autre demande à l’Union des municipalités du Québec afin d’alléger les coûts entourant cette démarche. « C’est une opération qui aura comme coûts entre 30 000 $ et 40 000 $ avec le 10 000 $ de l’Union des municipalités du Québec, ça devrait tourner autour de 20 000 $ et 30 000 $ », a-t-il spécifié. Cette contribution démontrera l’intérêt et l’appui des différentes municipalités québécoises, selon le maire.

De plus, M. Lehouillier est confiant dans la démarche de la Ville puisqu’elle reçoit le soutien du gouvernement du Québec. « Le gouvernement (provincial), nous a assuré toute sa collaboration dans ce dossier, et ce jusqu’en Cour suprême », a conclu Gilles Lehouillier.


Reproduit avec autorisation.


Publié le mercredi 14 novembre 2018 à 3:04
Modifié le vendredi 16 novembre 2018 à 12:24

20
Sep
2018

L’agrile du frêne détecté à Saint-Romuald et à Pintendre

  

Article de Jean-François Néron. Le Soleil.

C’était une question de temps. La Ville de Lévis a détecté pour la première fois cet été l’agrile du frêne sur son territoire. Elle passe maintenant en mode traitement.

L’insecte qui fait des ravages partout en Amérique a été capturé à la fin août dans quelques-uns des 32 pièges dispersés dans les différents secteurs de la Ville. Plus précisément, c’est sur le chemin du fleuve et l’avenue Taniata à Saint-Romuald et sur la route Kennedy sud à Pintendre que l’agrile a commencé à faire son oeuvre.

« Nous croyons que l’insecte est arrivé par le fleuve dans le secteur de Saint-Romuald et par transport du bois dans celui de Pintendre », soutient le maire Gilles Lehouillier.

=> La suite sur lesoleil.com.


Catégorie(s) : Environnement

Publié le jeudi 20 septembre 2018 à 15:50
Modifié le mardi 25 septembre 2018 à 12:58

6
Juil
2018

Lévis déploie une nouvelle mesure de signalement de la berce du Caucase

  

Article de Louis-Phillipe Samson. Le Journal de Lévis.

© Crédit photo: Archives Le Journal de Lévis.

La Ville de Lévis, en collaboration avec les autres municipalités de la Chaudière-Appalaches, a procédé à la mise en place d’un système commun de signalement de la berce du Caucase.

Cette plante envahissante et toxique, qui se trouve généralement à proximité des fossés, des cours d’eau et des habitations, peut se propager rapidement, d’où l’importance de l’éliminer. La berce du Caucase produit une sève qui, lorsqu’en contact avec la peau et exposé au Soleil, peut causer des lésions semblables à des brulures.

Le Regroupement des organismes de bassins versants de la Chaudière-Appalaches a reçu une aide financière du Fonds d’appui au rayonnement des régions permettant la réalisation du projet Offensive régionale de lutte à la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches. Afin de localiser toutes les occurrences de berce du Caucase, un formulaire en ligne a été mis à la disposition de la population pour signaler les plants. Cette façon de faire est plus simple et permettra à une équipe qualifiée de procéder rapidement à l’élimination de la berce du Caucase de façon sécuritaire.

La berce du Caucase se reconnaît par ses feuilles de très grande taille (de un à 1,5 mètre) composées de trois folioles vert foncé, de forme irrégulière et dentelée. Elle possède aussi une tige robuste, creuse et qui comporte des taches rougeâtres et des poils blancs rudes. Des fleurs blanches en forme d’ombrelles aplaties sont visibles aux extrémités du plant. Une plante mature peut mesurer de deux à 2,5 mètres.

La Ville de Lévis indique qu’il est possible de signaler la présence d’un plan non identifié en précisant sa localisation via le formulaire de signalement disponible en ligne au ville.levis.qc.ca, section Environnement et collectes, rubrique Plantes exotiques envahissantes, à la page Berce du Caucase (ou ici). Le formulaire permet de joindre une photo de la plante montrant clairement les feuilles et les tiges afin d’en faciliter l’identification.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Environnement

Publié le vendredi 6 juillet 2018 à 7:11
Modifié le vendredi 6 juillet 2018 à 12:55

29
Juin
2018

Le Virage zéro déchet populaire à Lévis

  

Article de Marie Maude Pontbriand. Ici Radio-Canada.ca – Section Québec.

Quand la Ville de Lévis a lancé son programme Virage zéro déchet en mai, elle était loin de se douter de l’engouement qu’il susciterait et que le choix des candidats serait déchirant. Sur 135 candidatures reçues, seulement 20 seront accompagnés pour apprendre à réduire la quantité de matières résiduelles produites chez eux.

« Ce sont 135 foyers qui ont osé poser leur candidature, s’étonne la conseillère en environnement de la Ville Delphine Azoulay, c’est quand même un geste qui parle ! »

Les candidats étaient invités à remplir un formulaire qui comprenait des questions démographiques. Ils devaient aussi expliquer pourquoi ils souhaitaient participer au programme. « On a tout lu et tout était vraiment pertinent », souligne Delphine Azoulay.

=> La suite sur Ici Radio-Canada.ca.


Catégorie(s) : Environnement

Publié le vendredi 29 juin 2018 à 7:15
Modifié le vendredi 29 juin 2018 à 7:15

Pages :1234567...18»