1
Mai
2019

Troisième lien : le GIRAM mise plutôt sur des tramways

Article de Érick Deschenes. Le Journal de Lévis.

S’il n’en tenait qu’au Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM), le troisième lien routier inter-rives désiré par plusieurs dans la région ne verrait jamais le jour.

Dans son plan de propositions pour lutter contre la congestion routière, présenté aux médias le 30 avril, le regroupement lévisien demande que le transport collectif soit privilégié, notamment par la construction d’un tunnel inter-rives réservé uniquement aux tramways.

« On est vraiment à contre-courant. Le troisième lien est un projet avec une vision du siècle dernier. Nous proposons une solution du 21e siècle. Ce qui aura un effet à long terme sur la congestion routière, c’est le transport collectif. Il faut donc miser sur autre chose qu’un troisième lien routier », a d’emblée lancé Gaston Cadrin, membre du GIRAM et principal contributeur au plan, lors d’un point de presse au campus de Lévis de l’UQAR.

Les actions désirées par le regroupement citoyen seraient regroupées en deux phases. Dans la première étape, le GIRAM désire qu’un tunnel reliant les centres-villes de Lévis (axe du boulevard Alphonse-Desjardins) et de Québec (quartier Saint-Roch) soit construit. Cette infrastructure permettrait de raccorder l’est de Lévis au système de transport structurant prévu sur la Rive-Nord puisque le tunnel ne serait réservé exclusivement qu’au transport de passagers en tramway.

Cette ligne s’amorcerait de l’autre côté de l’autoroute 20, entre la route du Président-Kennedy et la route Mgr-Bourget, dans un stationnement incitatif. Ce dernier permettrait aux citoyens des municipalités avoisinantes Lévis, principalement ceux de Bellechasse, de traverser à Québec sans avoir à utiliser leur voiture.

Le GIRAM suggère aussi de prolonger la ligne de tramway de Québec jusqu’au Carrefour Saint-Romuald, en empruntant le pont de Québec. Lors d’une deuxième étape d’ici 2040, le groupe aimerait qu’une ligne de tramway soit aménagée sur le boulevard Guillaume-Couture, entre le Cégep de Lévis-Lauzon et le Carrefour Saint-Romuald, afin de créer « une boucle régionale ». Si le besoin s’en fait sentir, le GIRAM n’est pas fermé à la possibilité d’une ligne qui desservirait plus directement les résidents de l’ouest de Lévis.

Enfin, l’organisme estime qu’une agence régionale de transport devrait être créée. L’instance, qui aurait juridiction sur Québec, Lévis et les MRC environnantes, mettrait en œuvre un plan métropolitain de mobilité durable.

Plusieurs avantages selon le groupe
Si le GIRAM espère relancer le débat sur les meilleurs choix d’investissements à faire pour la mobilité régionale, le groupe estime que ses propositions permettraient à la région de faire des gains à plusieurs niveaux.

En plus de permettre de proposer un transport collectif plus rapide, de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, de densifier les secteurs urbains de Lévis et d’offrir un accès plus efficace au transport en commun pour les Bellechassois, le plan du GIRAM serait une « solution moins coûteuse » que le troisième lien.

« Selon des estimations préliminaires, les coûts de réalisation des phases 1 et 2 seraient beaucoup moindres que ceux prévus pour un troisième lien routier (6 à 8 G$), mais seules des études plus élaborées pourraient déterminer avec plus de précision les montants exigés », peut-on lire dans le communiqué de presse du GIRAM.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Environnement,  Gouvernement,  Transports

Publié le mercredi 1 mai 2019 à 12:50
Modifié le mercredi 1 mai 2019 à 12:50

Poster un commentaire