Archives de novembre 2020

16
Nov
2020

Lévis s’attaque au sifflet du train à Charny

  

Article de Félix Morrissette-Beaulieu. Ici-Radio-Canada.ca Section Québec

La Ville de Lévis enclenche la procédure auprès du Canadien National (CN) pour abolir le sifflet du train aux passages à niveau du chemin de Charny, de la rue de la Traverse et de l’avenue des Églises.

Depuis la tragédie ferroviaire de Lac-Mégantic et la nouvelle réglementation fédérale de 2015, les mécaniciens de locomotive doivent activer le sifflet de train à 400 mètres d’un passage à niveau, et doivent actionner ce sifflet jusqu’à ce qu’ils occupent complètement le passage à niveau, défend la Ville.

Comme il y a trois traverses ferroviaires rapprochées dans le secteur de Charny, le sifflet doit être activé sur une distance minimale de 1,2 kilomètre, ce qui est à la source des demandes visant à faire cesser le sifflet de train.

=> La suite Ici-Radio-Canada.ca Section Québec.


Catégorie(s) : Environnement,  Transports

Publié le lundi 16 novembre 2020 à 16:42
Modifié le lundi 8 février 2021 à 14:06

15
Nov
2020

Réaménagement du boulevard Guillaume-Couture : l’administration Lehouillier présente son concept final

  

Article de Érick Deschenes. Le Journal de Lévis.

Crédit: Ville de Lévis.

C’est lors d’une séance d’information virtuelle, tenue le 5 novembre, que la Ville de Lévis a présenté à une centaine de citoyens le concept final pour le réaménagement de portions du boulevard Guillaume-Couture. Le tout s’inscrit dans le projet de réseau de transport en commun structurant que la municipalité désire implanter sur cette artère.

« C’est la première fois que Lévis va aussi loin pour le transport actif. On voulait une colonne vertébrale pour notre transport en commun, mais on voulait aller plus loin. On voulait passer de l’âge de pierre à la modernité» , a d’emblée illustré le maire de Lévis, Gilles Lehouillier.

Rappelons que Lévis estime que le projet de réaménagement est estimé à près de 88 M$. Les gouvernements provincial et fédéral ont respectivement accordé 50 M$ et 27,3 M$ pour aider la municipalité à concrétiser ce projet.

Comme promis par l’administration Lehouillier, le réseau de transport structurant sur l’artère misera sur l’ajout de deux voies réservées aux autobus sur le boulevard Guillaume-Couture, dans chaque direction à droite, entre la rue Saint-Omer et la route du Président-Kennedy à Lévis ainsi qu’entre le chemin du Sault et la rue de Mercure à Saint-Romuald. Le tout permettra de conserver les quatre voies déjà existantes qui sont réservées aux automobilistes.


Publié le dimanche 15 novembre 2020 à 9:10
Modifié le samedi 5 décembre 2020 à 15:34

13
Nov
2020

La première phase des travaux achevée sur Saint-Omer

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

La rue Saint-Omer réaménagée et prolongée. Crédit : VILLE DE LÉVIS.

Le prolongement de la rue Saint-Omer est terminé et les quatre voies sont ouvertes à la circulation. Cette phase 1, qui couvrait la portion de route entre les boulevards Guillaume-Couture et Étienne-Dallaire, a été réalisée pour un montant de 17 M$ financé par la Ville.

Le prolongement de la rue Saint-Omer vient compléter celui du boulevard Étienne-Dallaire à partir du boulevard Alphonse-Desjardins, sur une distance de près de 1 km. Le nouvel axe vient remplacer le chemin des Forts, désormais fermé à la circulation sauf pour l’accès aux résidences privées.

Débutée en 2019, la première phase du prolongement de la rue Saint-Omer représente un investissement de 17 M$. Cette nouvelle section est composée de quatre voies de circulation, d’un terre-plein central ainsi que d’un trottoir et d’une piste cyclable, tous deux situés du côté ouest de la rue.

Les prochaines étapes prévues sont la poursuite du prolongement de la rue Saint-Omer jusqu’à l’autoroute 20 et le réaménagement à quatre voies du boulevard Wilfrid-Carrier. Le coût de cette seconde phase s’élèvera à 25 M$. Au total, les nouvelles installations routières se chiffreront à 42 M$, un montant entièrement financé par la Ville.


Catégorie(s) : Environnement,  Transports

Publié le vendredi 13 novembre 2020 à 20:53
Modifié le samedi 5 décembre 2020 à 15:33

13
Nov
2020

Un type de résidence de plus en plus recherché

  

Article de Érick Deschenes. Le Journal de Lévis.


Crédit photo: Gilles Boutin

Alors que le marché de l’immobilier est en pleine ébullition dans la région et que plusieurs types de propriété s’envolent comme des petits pains chauds, plusieurs familles sont à la recherche d’un type bien particulier de résidence. Selon certains courtiers immobiliers œuvrant dans le Grand Lévis, la pandémie a renforcé la popularité des maisons bigénérationnelles.

« J’ai été en mesure de constater, au fil des rencontres que j’ai effectuées dans le cadre de mon métier, l’intérêt de plus en plus grandissant pour ce type de logis qui abrite le jeune couple et le ou les parents d’un des deux membres de ce couple. Depuis 2008, j’ai constaté une demande en augmentation chaque année pour ce type de logis, et ce, sans arrêt jusqu’en 2020 », a d’emblée partagé Simon Côté, courtier immobilier chez RE/MAX Avantages qui œuvre dans le domaine depuis une vingtaine d’années.

Selon un article de l’Association canadienne de l’immeuble (ACI) qui citait alors des données de Statistique Canada, les ménages multigénérationnels ont augmenté de 37,5 % entre 2001 et 2016, au-dessus de la croissance médiane (21,7%) des autres ménages. Selon un article de Radio-Canada publié le 21 octobre, les ventes de maisons intergénérationnelle ont augmenté de près de 30 % au Québec depuis un an. Depuis l’automne dernier, il s’en est vendu 1 444 dans la province.


Catégorie(s) : Habitation

Publié le vendredi 13 novembre 2020 à 20:43
Modifié le samedi 5 décembre 2020 à 15:37

7
Nov
2020

De nouvelles installations pour les Entrepôts Mini-Maxi

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

Un nouveau bâtiment de 77 entrepôts chauffés a été ajouté aux 135 places déjà existantes du 850, rue de Saint-Romuald. Les propriétaires des Entrepôts Mini-Maxi à Lévis, Sarah Caron et Jimmy Duval, ont réalisé cet investissement pour répondre à la demande toujours croissante.

Le nouveau bâtiment de 7 000 pieds carrés sur deux étages compte 77 entrepôts, pour un total de 210. Les nouveaux espaces disposent de planchers chauffés. Les utilisateurs trouveront aussi un monte-charge et des chariots à leur disposition.

« Il y a une demande constante et grandissante pour de l’entreposage chauffé. Avant l’agrandissement, on avait 135 unités non-chauffées et on en manquait toujours », explique la présidente et gestionnaire d’Entrepôt Mini-Maxi, Sarah Caron, qui a souhaité proposer une offre encore plus diversifiée à ses clients, des particuliers et des entrepreneurs.

L’entreposage chauffé permet notamment de « casser l’humidité, d’éviter que les biens gèlent, comme les électroniques ou les électroménagers qui contiennent de l’eau ». C’est aussi un avantage pour les entrepreneurs qui conservent des produits tels que la colle, la silicone, etc. Et de préciser qu’il n’est pas toujours nécessaire qu’un entrepôt soit chauffé, mais que «certaines personnes préfèrent ».

Les Entrepôts Mini-Maxi offrent des espaces de stockage, de toutes les dimensions, en hauteur et en grandeur, libre-service avec une porte individuelle. Les bâtiments sont accessibles 24 heures sur 24 et la cour est surveillée par des caméras de sécurité.

L’intérieur des entrepôts est en acier galvanisé résistant au feu et à la moisissure. De plus, le sol est en béton. Il est possibilité d’ajouter une mezzanine dans certains locaux pour disposer de plus d’espace. Il est possible de louer au mois ou à l’année.

Depuis trois ans, les entrepreneurs Sarah Caron et Jimmy Duval sont à la tête de l’entreprise fondée par Gérard Baron, qui existe depuis plus de 30 ans. Tous deux comptent poursuivre le développement afin de répondre à tous les besoins en entreposage.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Commerce - Économie

Publié le samedi 7 novembre 2020 à 16:43
Modifié le vendredi 13 novembre 2020 à 20:40