Articles dans la catégorie « Histoire Urbaine »

4
Nov
2010

L’avenir de la Terrasse de Lévis

  

Article de Nathalie St-Pierre. Le Journal de Lévis.

Alors que les travaux de consolidation de la Terrasse de Lévis ont pris fin, la Corporation de développement du Vieux-Lévis invite les gens à participer à une soirée d’échange d’idées sur l’avenir de celle-ci. Alors que rien n’est encore annoncé en ce qui concerne les aménagements qui pourront y être fait, la corpotation a décidé de prendre les devants afin de se faire le porteur de l’avis des citoyens.

« C’est ce qu’on appelle l’exercice de la page blanche », précise Yvan Côté, administrateur à la Corporation et membre du comité mandaté pour sonder la population. La volonté du comité est de laisser toutes les possibilités ouvertes afin que les gens puissent s’exprimer. Le comité y voit là non seulement l’occasion de pouvoir préparer un document en fonction des idées des citoyens et qui sera présenté aux instances municipales, mais aussi une façon de passer le message que les citoyens ont à coeur de mettre en valeur ce point de vue exceptionnel.

La soirée se tiendra le 9 novembre à compter de 19h à La Courtisane. Il est prévu qu’un bref historique de la Terrasse de Lévis soit présenté, ainsi que des images de parcs à travers le monde. Par la suite, les participants seront réunis en sous-groupes pour émettre leurs idées. Finalement, un représentant par sous-groupe présentera devant l’assemblée les suggestions émises. Bien entendu, la Corporation prendra bonne note de ces idées. L’objectif est de présenter un plan et des notes explicatives à l’administration municipale afin que ces suggestions soient prises en compte lors de l’élaboration des plans d’aménagement de la Terrasse de Lévis.


Reproduit avec autorisation.

Quelques éléments de l’histoire
Le site de la Terrasse de Lévis appartenait jadis à Peter Arnold Shaw. C’est en 1871 que la Corporation de Lévis décide d’acheter ce terrain pour en faire un parc public. En 1929, des premiers aménagements sont faits au Parc Shaw dont de l’excavation. Les citoyens sont alors invités à déposer leurs ordures sur le site afin de combler les trous. En 1932 débute la construction des formes pour le ciment. Les tourelles furent complétées en 1937. En 1938, alors que le dépotoir est rempli à capacité, le tout est recouvert de terre et le parc est aménagé. Il devient alors un lieu de rassemblements populaires et de spectacles à grand déploiement.

Source : La Terrasse de Lévis, par Claudia Méndez, paru dans La Seigneurie de Lauzon no. 105


Catégorie(s) : Gouvernement,  Histoire Urbaine

Publié le jeudi 4 novembre 2010 à 6:04
Modifié le dimanche 18 février 2018 à 14:03

6
Oct
2010

Subvention du provincial confirmée

  

Article de Marie-Christine Patry. Le Journal de Lévis.


Le gouvernement provincial a maintenant confirmé sa subvention pour Célébrations Lévis 2011, la programmation des festivités devrait donc être déballée dans les prochaines semaines, a assuré la mairesse de Lévis, Danielle Roy Marinelli.

à trois mois du début de l’année 2011, certains citoyens s’inquiètent de ne pas connaître les activités prévues pour Célébrations Lévis 2011. C’était le cas d’un homme qui a décidé de se présenter devant la mairesse de Lévis, en séance du conseil de Ville le 4 octobre dernier.

C’est à ce moment que Mme Marinelli a dévoilé que la Ville avait finalement reçu la confirmation d’une subvention du gouvernement provincial. « L’annonce devrait avoir lieu dans la prochaine semaine », a-t-elle indiqué. Ainsi, il pourra être possible de dévoiler les festivités prévues. La Ville de Lévis est cependant encore en attente d’une confirmation de subvention du fédéral.

Selon Mme Marinelli, la demande était de 3M$ par palier.


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Histoire Urbaine

Publié le mercredi 6 octobre 2010 à 13:32
Modifié le dimanche 18 février 2018 à 16:39

17
Juin
2010

Jadis, les tramways

  

Article de Nathalie St-Pierre. Journal de Lévis.

à l’heure où le rapport sur la mobilité durable recommande l’instauration d’un système de tramway reliant la rive sud et la rive nord, la Société d’histoire de Saint-Romuald publie son numéro annuel de La Carvelle, qui met en vedette les tramways présents sur la rive sud de 1902 à 1946.

« C’est un heureux hasard, avec ce qu’on voit actuellement dans les médias », a commenté Michel L’Hébreux, président de la Société d’histoire de Saint-Romuald, à propos du contenu de la dernière édition de La Carvelle qui présente notamment l’histoire des tramways sur la rive sud.

« Plus ça change, plus c’est pareil », a ajouté M. L’Hébreux à propos de la recommandation du rapport sur la mobilité durable, en citant l’éditorialiste de la Tribune de Lévis, Robert Sweeney, qui commentait, en septembre 1947, la première année de mise en service des autobus et qui allait comme suit : « N’étant pas à la merci du pouvoir électrique et de ses faiblesses occasionnelles, l’autobus est certes moins exposé que le tramway aux interruptions forcées de services. Pouvant contourner les obstacles de la route, il est moins exposé aux embouteillages. Il est plus rapide, et somme toute, le public a bien raison de préférer l’autobus au tramway. »

À l’époque, les tramways, aussi appelés les « p’tits chars », étaient propriétés d’anglophone, comme bien des entreprises de l’époque. Tout a débuté avec la Levis Electric Railway Company, qui devint la Levis County Railway Company et ensuite la Levis Tramway Company, qui assura le règne des tramways pendant 29 ans sur les 45 ans où les « p’tits chars » circulaient sur la rive sud.


Catégorie(s) : Histoire Urbaine,  Transports

Publié le jeudi 17 juin 2010 à 6:54
Modifié le lundi 19 février 2018 à 12:54

14
Juin
2010

Lévis se trouve une date de fête

  

Article de Isabelle Mathieu. Le Soleil.

Privée d’une « vraie » date anniversaire, Lévis s’est quand même trouvé une journée pour fêter : le 28 juillet. Mais pour ne pas écorcher les sensibilités des historiens, elle se contentera de l’appeler « journée citoyenne » plutôt que d’en faire une occasion de commémoration.

Contrairement à Québec, qui possède des écrits attestant que Samuel de Champlain a fondé la première ville francophone d’Amérique du Nord le 3 juillet 1608, Lévis ignore à quel moment son « père fondateur », le coureur des bois et colon Guillaume Couture, s’est installé sur son territoire.

On sait qu’au printemps 1647, Guillaume Couture, négociateur de la paix entre les Iroquois et les Français, est en mission en Huronie, dans les Grands Lacs ontariens. Il ne reviendra dans la région de Québec qu’au cours de l’été, précise David Gagné, historien à la Ville de Lévis.

« Comme Guillaume Couture n’a rien écrit de précis sur son arrivée sur le territoire, cela laisse place à toutes les interprétations », note l’historien.

Un flou historique bien embêtant pour les gens de Célébrations Lévis 2011, qui cherchent à déterminer une date précise qui serait considérée, dès l’an prochain et ensuite tous les ans, comme la fête de la ville de Lévis.


Catégorie(s) : Histoire Urbaine

Publié le lundi 14 juin 2010 à 23:30
Modifié le lundi 19 février 2018 à 12:55

26
Mai
2010

Célébrations Lévis 2011 : Tanguay offre 100 000 $

  

À l’occasion du gala des Pléiades présenté jeudi dernier à Lévis, Ameublements Tanguay a donné le coup d’envoi à la campagne de financement de Célébrations Lévis 2011 en octroyant un montant de 100 000 $.

Monsieur Jacques Tanguay, vp et directeur général d’Ameublements Tanguay, a reçu la Distinction Commandeur Desjardins visant à souligner l’apport d’une entreprise ou d’un individu au développement de la région de la Chaudière-Appalaches. à l’occasion d’une brève allocution, Monsieur Tanguay a annoncé l’implication financière d’Ameublements Tanguay pour les festivités. « C’est avec beaucoup de fierté que notre entreprise s’implique auprès de Célébrations Lévis 2011. Sylvie Girard, commissaire aux Célébrations Lévis 2011, et son équipe, travaillent afin d’offrir une programmation festive, à la hauteur des attentes de la population lévisienne et qui contribuera au renforcement du sentiment d’appartenance de notre communauté. Afin que Célébrations Lévis 2011 obtienne un succès dont tous seront fiers, il est impératif que la communauté d’affaires de Lévis s’engage financièrement, ce qui enverra un signal fort aux deux paliers de gouvernements qui devront également apporter leur contribution », a souligné Jacques Tanguay.


Catégorie(s) : Histoire Urbaine

Publié le mercredi 26 mai 2010 à 12:57
Modifié le lundi 19 février 2018 à 12:58

21
Avr
2010

150e : Lévis promet des fêtes d’envergure

  

Article de Isabelle Mathieu. Le Soleil.

Lévis promet des « fêtes d’envergure » pour ses célébrations de l’été 2011, des festivités qui mousseront le sentiment d’appartenance de la population. L’organisation vise un budget de 12 millions $, soit près du double de ce que la Ville de Trois-Rivières a obtenu l’an dernier pour ses célébrations.

Les 138 000 Lévisiens auront trois bonnes raisons de célébrer l’an prochain : le 375e anniversaire de la Seigneurie de Lauzon, le 150e anniversaire de la fondation de Lévis et les 10 ans de la nouvelle grande ville. Et ils auront droit à des fêtes emballantes aux quatre coins du territoire de Lévis, promettait hier Célébrations Lévis 2011, l’organisme à but non lucratif chargé d’organiser les fêtes.

« Ce seront des belles fêtes d’envergure qui vont prendre leur place dans la région, mais aussi à l’échelle nationale et internationale, dit Sylvie Girard, commissaire-directrice de la permanence de Célébrations Lévis 2011. On veut positionner Lévis et soulever l’enthousiasme de la population ».


Catégorie(s) : Gouvernement,  Histoire Urbaine

Publié le mercredi 21 avril 2010 à 15:22
Modifié le jeudi 22 février 2018 à 12:52

28
Jan
2009

Forts no. 2 et 3 : ce qu’il en reste

  

Article de Mac-André Gagnon. Le Journal de Lévis.

Si encore aujourd’hui les vestiges abandonnés du fort no. 3 résistent, il en est tout autre pour le fort no. 2, disparu il y a 40 ans, où est maintenant situé le siège social de Desjardins Assurances générales et le Club de golf de lévis.

Les trois forts ayant été construits dans les mêmes années, c’est-à-dire au début de la confédération, chacun avait coûté alors près de 300 000$ de l’époque. Leur raison d’être était celle de se protéger d’une potentielle invasion des troupes américaines. Alors que le fort no. 1 avait une capacité d’accueil de 144 hommes, les forts no. 2 et 3 pouvaient recevoir chacun une garnison de 170 troupiers.

Fort numéro 2
L’histoire du vieux fort numéro deux a de quoi passionner. Avant de faire place au siège social de Desjardins Assurances générales, vers les années 70, le champ de parade du fort no 2 a longtemps servi de stade de baseball à la population lévisienne alors que les voûtes, elles, permettaient à la Ferme de champignons de Lévis Inc, la culture de rien de moins que 264 000 lb/an du fameux végétal ! Les dernières années du fort no. 2 ont été marquées de nombreux conflits juridiques, l’histoire a même amené la Cité de Lévis en Cour suprême !


Catégorie(s) : Histoire Urbaine,  Patrimoine

Publié le mercredi 28 janvier 2009 à 14:31
Modifié le samedi 28 mars 2020 à 16:35

15
Jan
2009

Changement de présidence à la S.H.R.L.

  

Source : Société d’histoire régionale de Lévis.

La Société d’histoire régionale de Lévis annonce la nomination de M. Claude Genest au poste de président par intérim de la S.H.R.L. Cette nomination prend effet à la suite de la démission de M. étienne Vézina effectuée le 12 janvier dernier. M. Vézina a remis sa démission pour des raisons personnelles et familiales. Il souhaite développer des projets personnels.

M. Claude Genest est un historien bien connu de Lévis. Il est historien-recherchiste et conférencier à la Société historique Alphonse-Desjardins depuis 1993. M. Genest est aussi auteur de plusieurs ouvrages historiques dont « Le Fort de la Martinière : défenseur de Québec », « La Caisse populaire de Lévis 1900-2000 » ainsi que plusieurs articles historiques dans les différentes revues du Mouvement des caisses Desjardins. Il sera président par intérim jusqu’en mai 2009, soit jusqu’à la prochaine Assemblée générale annuelle de la S.H.R.L.

Le conseil d’administration lui souhaite la bienvenue et assure que la S.H.R.L continue de travailler auprès de la population lévisienne pour faire connaître l’histoire locale et développer des activités à la veille des célébrations du 150e anniversaire de la Ville de Lévis et du 375e anniversaire de la fondation de la seigneurie de Lauzon.

De plus, la S.H.R.L. annonce la nomination de M. Yves Hébert, historien de Lévis, au poste de secrétaire du C.A.


Catégorie(s) : Histoire Urbaine

Publié le jeudi 15 janvier 2009 à 7:21
Modifié le mardi 4 août 2020 à 16:19

16
Jan
2008

Lévis-Québec : Une histoire à raconter

  

La semaine dernière, dans le Journal de Lévis, il y avait une annonce pour se procurer 2 affiches-calendriers. Ces affiches incorporent des images de l’époque et à l’endos de ces affiches, on y retrouve une mine de renseignements de l’époque. Je vous invite à vous les procurer le plus tôt possible. En bas à gauche, vous avez les endroits pour vous les procurer. Cliquez sur l’image pour l’agrandir.


Catégorie(s) : Histoire Urbaine

Publié le mercredi 16 janvier 2008 à 4:00
Modifié le samedi 29 septembre 2018 à 16:05

17
Juin
2007

Le wiki sur la ville de Lévis

  

Nous connaissons tous pour la plupart Wikipédia, cette grande encyclopédie libre, gratuite, universelle et multilingue, écrite bénévolement par des volontaires et (basée sur un site Web en français) utilisant la technologie wiki. Au hasard d’une recherche, je suis tombé sur l’article concernant la ville de Lévis dans cette encyclopédie. Cette page est bien riche en information et constitue donc un bon point de départ pour en apprendre sur la vile de Lévis. Je vous invite à y jeter un coup d’oeil et même à y contribuer si vous y trouvez des imperfections !


Catégorie(s) : Histoire Urbaine,  Notes de furetage

Publié le dimanche 17 juin 2007 à 10:44
Modifié le mercredi 23 janvier 2019 à 12:51

Pages :«123456»