3
mar
2012

Une augmentation de 17% des coûts

Source : Le Peuple Lévis

Les travaux permanents pour le traitement des eaux coûteront 17% de plus que prévu finalement.

Dans l’édition du 25 janvier dernier, Le Peuple mentionnait que les travaux relatifs à l’Usine de filtration Desjardins coûteraient 26% de plus que prévu. Toutefois, ce pourcentage d’augmentation ne comprend pas seulement les travaux de l’usine. Il inclut aussi ceux pour l’ensemble des travaux de traitement des eaux effectués par la Ville de Lévis.

C’est ce qu’a tenu à rectifier le conseiller municipal, Jean-Pierre Bazinet, lors de la séance du conseil de Ville du 6 février dernier. « Ça comprend la prise d’eau dans le fleuve, la station de pompage, la canalisation et l’usine. Il y a quatre éléments dans ce règlement-là », explique M. Bazinet.

De plus, l’augmentation des travaux permanents pour le traitement des eaux ne seraient pas de 26%, mais bien de 17%. «Le règlement adopté (le 16 janvier) était des 55,6 millions $ et on le modifiait pour 70,2 millions $. Le chiffre de 55 millions, c’est une première prévision que l’on a faite avant d’aller en soumission, juste pour pouvoir s’inscrire dans le programme de subventions. C’est sûr que si on prend la différence entre les deux chiffres, il y a une augmentation de 26%, mais il ne faut pas tenir compte du 55 millions parce que c’est un chiffre préliminaire. Le chiffre que l’on a déposé pour aller en soumission est de 59 987 182$. Ça représente donc un écart de 17%», ajoute M. Bazinet.


Dépassements de coûts
Le conseiller municipal a également décrit de quels ordres étaient les dépassements de coûts. En ce qui concerne l’usine, ils sont de 1,1%. « Deux raisons expliquent ça. Premièrement, on a travaillé sur une bâtisse déjà construite. Quand on fait des rénovations, il y a toujours des surprises. Deuxièmement, on n’a jamais arrêté la production de l’usine, donc quand on n’arrête pas la production et qu’on choisit de travailler dans une vieille bâtisse, il y a des coûts qui s’en suivent », note M. Bazinet.

Du côté de la station de pompage, il y a eu des dépassements de coûts, notamment parce que la Ville a été obligée d’ajouter un système anti-coup de bélier. De plus, le fait que l’usine de pompage est située dans un secteur résidentiel a obligé la Ville à mettre en place des mesures pour atténuer le bruit.

On note aussi des dépassements de coûts quant à la main d’œuvre. «Il faut rappeler que lorsque l’on a commencé ces travaux-là, en 2007-2008, le fédéral avait le programme Chantiers Canada. Il y a eu énormément de projets, donc on a vu une augmentation des prix dans les firmes d’architectes, d’ingénieurs et d’arpentage», note M. Bazinet.

Les travaux à haut risques par rapport à la prise d’eau ont aussi causé des dépassements de coûts puisqu’ils nécessitaient la contribution d’une main d’œuvre spécialisée.


Article de Nathacha Gilbert. Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Gouvernements

Poster un commentaire