18
Jan
2018

L’achat de brise-glaces fournirait 300 emplois à la Davie

  

Article de Louis Gagné. Ici Radio-Canada.ca – Section Québec.

Les négociations entre la Garde côtière canadienne et le chantier Davie pour l’acquisition de quatre brise-glaces vont s’amorcer vendredi matin. Une entente permettrait à l’entreprise de Lévis de fournir du travail à 300 employés pour les deux prochaines années.

De passage à Québec jeudi, le premier ministre Justin Trudeau a confirmé que son gouvernement souhaitait s’entendre avec la Davie afin de pallier la pénurie de brise-glaces de la Garde côtière, comme le révélait Radio-Canada la veille.

« On entre en négociations, mais on pense qu’on va pouvoir trouver une solution », a affirmé le premier ministre en entrevue à l’émission Première heure.

=> La suite sur ICI Radio-Canada.ca – Section Québec.


Catégorie(s) : Commerce - Économie,  Gouvernement

Publié le jeudi 18 janvier 2018 à 19:46
Modifié le mardi 13 février 2018 à 21:33

18
Jan
2018

Société de transport de Lévis : une compensation ou des coupes

  

Article de Annie Morin. Le Soleil.

La Société de transport de Lévis (STLévis) exige réparation pour l’«injustice» subie dans le dossier des immatriculations. À défaut de quoi elle sera dans l’obligation de sabrer dans les services aux usagers et l’effet se fera sentir dès l’été, prévient son président, Mario Fortier.

«Il faut arrêter de tourner en rond. On a décidé de mettre de la pression. Si le gouvernement n’est pas au rendez-vous, on va prendre les décisions qui vont avec et on le tiendra pour responsable», a lancé M. Fortier, jeudi, en conférence de presse.

Il n’a pas détaillé les scénarios de coupes qui sont déjà à l’étude : «On vous parlera des histoires d’horreur en temps et lieu.» Le ministre des Transports, André Fortin, en sera informé lors d’une rencontre programmée le 30 janvier.

=> La suite sur lesoleil.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le jeudi 18 janvier 2018 à 19:35
Modifié le mardi 13 février 2018 à 21:33

18
Jan
2018

« On ne demande pas la charité » – Mario Fortier

  

Article de Valérie Maltais. Le Journal de Lévis.

La Société de transport de Lévis (STLévis) garde espoir de trouver une solution équitable avec le ministère des Transports dans le dossier du fonds d’immatriculation. Bien qu’une rencontre soit prévue le 30 janvier, le président du conseil d’administration Mario Fortier a tenu à répondre à la déclaration de son homologue de Québec, le 18 janvier.

D’un côté, la STLévis déplore être traitée de manière inéquitable, alors qu’on lui retourne seulement la moitié des 30 $ payés par les automobilistes de Lévis au renouvellement de leur immatriculation. Elle s’appuie sur le rapport de Georges Gratton, datant de novembre 2010, pour affirmer qu’elle n’a pas reçu les compensations appropriées du gouvernement du Québec, notamment depuis 2015. Elle demande à ce que la situation soit corrigée.

De l’autre, Rémy Normand, président du Réseau de transport de la Capitale (RTC), mentionnait dans le journal Le Soleil du 17 janvier, que le partage de cette contribution de 30 $ n’est pas en cause dans les problèmes financiers de la Société lévisienne, mais seraient plutôt attribuables à la faiblesse des investissements municipaux.

M. Fortin a donc rappelé que « la STLévis était forcée de prioriser ses responsabilités régionales, à titre de seul transporteur qui assure la desserte des deux rives dans la région métropolitaine de Québec, au détriment de son service local, et ce, sans recevoir une compensation appropriée », comme indiqué dans la conclusion du Rapport Gratton.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le jeudi 18 janvier 2018 à 19:32
Modifié le mardi 13 février 2018 à 21:34

18
Jan
2018

Lévis fait fausse route, selon le RTC

  

Article de Annie Morin. Le Soleil.

Les problèmes financiers de la Société de transport de Lévis (STLévis) sont bien davantage attribuables à la faiblesse des investissements municipaux qu’au partage de la contribution de 30 $ pour le transport en commun provenant de l’immatriculation des véhicules de promenade, analyse le président du Réseau de transport de la Capitale (RTC), Rémy Normand.

Cela fait 25 ans que le fonds d’immatriculation a été créé par le gouvernement du Québec afin que les automobilistes des six régions les plus populeuses de la province participent au financement du transport collectif. Lors du renouvellement de l’immatriculation des véhicules de promenade, 30 $ sont prélevés et remis à la société de transport en commun la plus proche.

=> La suite sur lesoleil.com.


Catégorie(s) : Transports

Publié le jeudi 18 janvier 2018 à 8:13
Modifié le mardi 13 février 2018 à 21:34