Articles dans la catégorie « Patrimoine »

8
Sep
2018

Pont de Québec : Le gouvernement du Québec exige que le CN publie ses rapports d’inspection

  

Article de Taïeb Moalla. Le Journal de Québec.

Pour la première fois, le gouvernement du Québec presse publiquement le Canadien National (CN) de rendre publics ses rapports d’inspection du pont de Québec.

C’est la demande formelle faite hier par la ministre déléguée aux Transports et candidate libérale dans Chauveau, Véronyque Tremblay. Lors d’un impromptu de presse, cette dernière a rappelé que le ministère des Transports du Québec (MTQ) a inspecté la voie carrossable du pont de Québec en octobre 2017 et qu’un rapport de près 600 pages à ce sujet est visible en ligne.

=> La suite sur lejournaldequebec.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Patrimoine,  Transports

Publié le samedi 8 septembre 2018 à 10:19
Modifié le samedi 8 septembre 2018 à 14:51

26
Juil
2018

La maison Rodolphe-Audette sera démolie

  

Article de Patricia Cloutier. Le Soleil.

La décision finale est tombée : la maison patrimoniale Rodolphe-Audette de Lévis sera démolie. Le comité de citoyens qui militait pour sa sauvegarde perd la bataille qu’il a menée pendant 4 ans.

« C’est une journée très triste. Ça fait depuis 2014 qu’on se bat. On croyait vraiment que le maire Gilles Lehouillier avait tendu la main aux citoyens pour sauver la maison, mais il n’en est rien », déplore Michel Belleau, membre du comité de mise en valeur de la maison Rodolphe-Audette.

=> La suite sur lesoleil.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Habitation,  Patrimoine

Publié le jeudi 26 juillet 2018 à 8:15
Modifié le vendredi 27 juillet 2018 à 12:45

6
Avr
2018

Lévis dévoile sa vision d’avenir du Village Saint-Nicolas

  

Article de Valérie Maltais. Le Journal de Lévis.

Après Lévis et Saint-Romuald, la Ville a dévoilé le Programme particulier d’urbanisme (PPU) du Village Saint-Nicolas, le 5 avril à l’hôtel de ville. L’aspect champêtre de ce quartier et la richesse de son patrimoine seront mis en valeur, alors que les accès publics au fleuve Saint-Laurent seront multipliés et améliorés.

En plus de tenir compte des orientations municipales en matière de développement et d’une analyse du territoire, cette vision d’avenir du village de Saint-Nicolas a été pensée et développée en considération d’une préconsultation publique tenue en septembre 2015, où environ 175 personnes ont soumis leurs idées au sujet de leur quartier. Le dossier qui a retenu le plus d’attention a été celui de la sécurité des piétons et des cyclistes sur la route Marie-Victorin, selon Lise Monette, présidente du conseil d’administration de Revitalisation Village Saint-Nicolas.

Sa transformation en boulevard urbain fera partie des demandes prioritaires de la Ville de Lévis au gouvernement du Québec, puisque cette route est de juridiction provinciale. Réaliser une étude de faisabilité, à l’image de celle qui sera faite pour la route des Rivières, faciliter les déplacements des piétons, cyclistes et automobilistes sur cette voie de circulation, sécuriser la traversée des piétons ainsi que de la Route verte, en plus d’améliorer l’esthétique de l’entrée du village sont parmi les interventions proposées dans le PPU.

« Le village s’est développé de part et d’autre de Marie-Victorin. Des enfants et plusieurs personnes traversent cette route. Donc, il y aura des aménagements possibles pour réduire la vitesse et faciliter leur déplacement. On a du travail de sensibilisation à faire auprès du gouvernement provincial » , a affirmé Clément Genest, conseiller du district.


Publié le vendredi 6 avril 2018 à 7:19
Modifié le vendredi 6 avril 2018 à 7:55

6
Déc
2017

Des paroisses face à la désertion des églises à Lévis

  

Article de Marc-Antoine Lavoie. ICI Radio-Canada.ca Québec.

L’église Sainte-Bernadette à Lévis est en cours de démolition. Le bâtiment de culte a été vendu pour laisser place à une coopérative d’habitation. Un autre exemple qui illustre la conséquence d’une baisse de la fréquentation dans les églises de Lévis forçant les paroisses à s’adapter.

En 2011, la paroisse de Saint-Joseph-de-Lévis, où se situe l’église Sainte-Bernadette, estimait à 3500 le nombre de personnes qui fréquentaient ses différents lieux de culte la fin de semaine. Un nombre bien insuffisant pour maintenir les huit églises de la paroisse.

« Le critère premier du maintien d’un bâtiment de ce type-là, c’est la fréquentation et le soutien que donnent les paroissiens », constate Gaétan Hallé, président de l’assemblée de Fabrique de la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis.

=> La suite sur ICI Radio-Canada.ca Québec.


Catégorie(s) : Histoire Urbaine,  Patrimoine

Publié le mercredi 6 décembre 2017 à 9:48
Modifié le mardi 13 février 2018 à 21:42

30
Nov
2017

L’avenir de la ferme Chapais incertain

  

Article de Aude Malaret. Le Journal de Lévis.

Le site de la ferme Chapais, qui appartient toujours à Agriculture et agroalimentaire Canada (AAC), devrait être vendu sous la responsabilité de la Société immobilière du Canada (SIC). La Ville de Lévis a manifesté à plusieurs reprises son intérêt.

Rappelons d’emblée que la propriété de 108 acres se trouve dans une zone classée comme parc par la Ville. L’arrêt des activités agricoles fait suite au transfert des recherches à Saint-Augustin-de-Desmaures, sur une ferme de l’Université Laval.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a assuré à plusieurs reprises que son conseil va passer à l’action, car il fait de l’avenir de la ferme Chapais un dossier d’actualité extrêmement important, et qui devrait être l’un des premiers traités.

De son côté, le ministère a précisé dans une réponse écrite aux questions du Journal, que la SIC « se chargera de la réintégration de la propriété dans la collectivité en tenant compte des besoins des différents intervenants. (…) [Elle] assumera la responsabilité de la propriété et travaillera avec les parties prenantes pour explorer toutes les options. La politique du Conseil du Trésor exige que les transactions immobilières s’effectuent à la valeur marchande ».

Une propriété stratégique
En raison du caractère stratégique de la ferme Chapais, le ministère a précisé que la vente de cette propriété « fera l’objet d’efforts innovants dans le cadre d’une approche de gestion globale, plutôt que par une simple vente par l’entremise d’un courtier immobilier. La SIC se chargera de développer une approche balancée entre les motivations économiques et les intérêts locaux ».

Maître d’œuvre dans ce dossier, l’organisme aura à considérer les intérêts particuliers de la municipalité, ceux des résidents des quartiers environnants et la relation de la propriété avec les installations de la raffinerie Valero. « Toutes options seront développées et considérées par la SIC, lorsque celle-ci aura complété une analyse des besoins locaux et examiné les possibilités immobilières », a conclu le ministère


Reproduit avec autorisation.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Patrimoine

Publié le jeudi 30 novembre 2017 à 12:34
Modifié le mardi 13 février 2018 à 21:45

7
Nov
2017

Labeaume « optimiste » pour le pont de Québec

  

Article de Stéphanie Martin. Le Journal de Québec.

« Optimiste » que le dossier du pont de Québec se règlera bientôt, le maire Régis Labeaume appelle le nouveau président du CN à s’entendre avec le fédéral.

Le maire de Québec assistait mardi matin au dévoilement d’une plaque commémorative pour la reconnaissance du Tracel de Cap-Rouge comme site historique national du génie civil. Une distinction octroyée en 2013 par la Société canadienne de génie civil au monument qui appartient au CN.

=> La suite sur lejournaldequebec.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Patrimoine,  Transports

Publié le mardi 7 novembre 2017 à 23:38
Modifié le mardi 13 février 2018 à 23:48

14
Oct
2017

Pont de Québec : le fédéral et le CN en « discussions intenses »

  

Article de Dominique Lelièvre. Le Journal de Québec.

Le ministre Duclos refuse toutefois de dire si le fédéral veut racheter le pont

Le dossier de la peinture du pont de Québec fait l’objet de « discussions bilatérales sérieuses et intenses » entre le gouvernement fédéral et l’actuel propriétaire de la structure, le Canadien National, a confirmé le ministre Jean-Yves Duclos.

Précisant que l’objectif était de trouver « une solution à long terme », celui-ci s’est toutefois gardé de dire si les pourparlers portaient sur une reprise du pont par le fédéral, comme l’avait évoqué à la fin du mois d’août le ministre provincial François Blais.

=> La suite sur le journaldequebec.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Patrimoine,  Transports

Publié le samedi 14 octobre 2017 à 15:16
Modifié le mardi 13 février 2018 à 23:50

23
Sep
2017

La longue saga de la peinture

  

Article de Stéphanie Martin. Le Journal de Québec.

Les travaux de restauration et de peinture du pont de Québec débutent en 1999, avec, pour objectif, de terminer à temps pour le 400e anniversaire de la Ville, en 2008. Le coût est alors estimé à 60 millions $. Trois partenaires se partagent la facture : le Canadien National (CN) paie 36 M$, le Québec 18 M$ et Ottawa 6 M$. Mais en cours de route, l’ampleur des travaux fait bondir la facture. Si bien qu’en 2003, on se retrouve avec un chantier estimé à 100 M$, puis à 120 M$ en 2004. Le CN refuse d’investir davantage, et bientôt, le dossier s’enlise. Rien n’est fait pendant des mois et les derniers échafaudages sont retirés en 2007, alors que seulement le tiers de la structure a été repeint. Le gouvernement du Canada demande à la Cour supérieure d’ordonner au CN de terminer les travaux, mais le tribunal statue que la compagnie de chemin de fer n’y est pas tenue. Le dossier traîne en longueur depuis. Voici donc les forces en présence.

Les gouvernements et les villes de Québec et Lévis
En 2014, les maires des villes de Québec et Lévis, Régis Labeaume et Gilles Lehouillier, ont entrepris une croisade pour faire repeindre le pont. Ils ont attaqué de front le CN à plusieurs reprises, allant même jusqu’à s’adresser aux principaux actionnaires de la compagnie pour les sensibiliser à la cause de la structure rouillée.

=> La suite sur le journaldequebec.com.


Catégorie(s) : Patrimoine,  Transports

Publié le samedi 23 septembre 2017 à 23:44
Modifié le mardi 13 février 2018 à 23:50

29
Août
2017

29 août 1907 : le jour où le pont de Québec s’est écroulé

  

Article de Taïeb Moalla. Le Journal de Québec.

Il y a 110 ans, Québec vivait une des plus grandes catastrophes de son histoire : la structure sud du pont de Québec s’écroulait entraînant 76 ouvriers dans la mort et plongeant la région dans un mélange de stupeur et de tristesse.

Cette terrible journée du 29 août 1907 est racontée de long en large par l’historien et spécialiste du pont Michel L’Hébreux dans le livre qu’il a consacré à cette exceptionnelle structure.

=> La suite sur journaldequebec.com.


Catégorie(s) : Patrimoine,  Transports

Publié le mardi 29 août 2017 à 11:11
Modifié le mercredi 14 février 2018 à 12:33

20
Août
2017

Pont de Québec : « Le moment est venu de passer à l’action » – Gilles Lehouillier

  

Article de Louis-Phillipe Samson. Le Journal de Lévis.

Pour le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, le dossier de la peinture du pont de Québec a assez duré. Il se demande toujours pourquoi les travaux n’ont pas été amorcés avec les 100 millions $ disponibles.

Le maire fait valoir qu’en commençant les travaux, l’évaluation des coûts totaux pourrait se préciser. « Si on commence avec 100 M$, on a le temps de regarder à quel prix on va continuer l’entretien, a expliqué le maire. Ce premier 100 M$ nous permettrait de savoir ce qu’il y en est au niveau des coûts. Il nous permettrait d’aller en appel d’offres pour une partie. »

Lors de la campagne électorale fédérale de 2015, le gouvernement libéral avait pris l’engagement de régler le dossier de la peinture du pont de Québec. Le maire déplore que cet engagement ne soit toujours pas respecté. « Il y a un leadership qui appartient au gouvernement fédéral dans ce dossier. On ne sent pas en ce moment que le gouvernement force le jeu avec personne et c’est ça qui est malheureux », a-t-il déploré

Avec les délais qui s’accumulent, M. Lehouillier en vient à se questionner sur la présence réelle de ces 100 M$. « Ma question est : pourquoi ne commence-t-on pas les travaux? On ne fera pas 400 M$ de travaux d’un coup, a ajouté le premier magistrat. Ça fait plusieurs fois que je propose de commencer les travaux et tout le monde dort. Est-il vraiment là ce 100 M$ ou il est virtuel ? »


Catégorie(s) : Gouvernement,  Patrimoine,  Transports

Publié le dimanche 20 août 2017 à 22:45
Modifié le mercredi 14 février 2018 à 12:37

Pages :«1234567»