Articles ayant le mot-clé « Tramway-SRB »

10
Juil
2017

Non à une fusion Québec-Lévis – Les maires Labeaume et Lehouillier rejettent la mise en commun du transport collectif

  

Article de Stéphanie Maryin. Le Journal de Québec.

Après avoir envisagé de mettre en commun plusieurs services de leurs sociétés de transport, les maires de Québec et Lévis ferment maintenant la porte à double tour.

Les relations tendues entre Lévis et Québec sur la question des transports ont visiblement eu raison des bonnes intentions exprimées par Régis Labeaume et Gilles Lehouillier lors de l’arrivée de ce dernier à la mairie de Lévis.

En mars 2014, les deux maires saluaient la fin de l’esprit de clocher entre les villes voisines et plaidaient en chœur pour une meilleure coordination du Réseau de transport de la capitale (RTC) et de la Société de transport de Lévis (STLévis). Ils s’étaient entendus pour étudier l’harmonisation des services et des grilles tarifaires ainsi que pour la création d’un guichet unique pour l’achat de titres et pour le service à la clientèle.

=> La suite sur le journaldequebec.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le lundi 10 juillet 2017 à 12:58
Modifié le jeudi 15 février 2018 à 12:57

22
Juin
2017

Transport en commun : Lévis veut miser sur les voies réservées

  

Article de Érick Deschênes. Le Journal de Lévis.

Comme promis par l’administration Lehouillier depuis plusieurs semaines, les résultats du travail du comité favorisant l’amélioration du transport en commun à Lévis, créé après l’abandon du projet de Service rapide par bus (SRB) par la municipalité, ont été dévoilés le 22 juin dernier. Dans le rapport transmis le 21 juin au ministre des Transports, Laurent Lessard, la Ville de Lévis propose notamment un aménagement de voies réservées pour améliorer le transport collectif.

Misant dans son approche sur l’utilisation des véhicules actuels de la Société de transport de Lévis (STLévis), l’administration Lehouillier désire l’aménagement de voies réservées aux autobus et au covoiturage et l’amélioration de certaines déjà existantes, possiblement dès 2019, sur les tronçons les plus congestionnés « afin d’améliorer le service (sur les parcours Lévisiens) et le rendre plus attrayant ».

Les trois portions visées pour ce projet sont la route des Rivières (route 116 qui serait réaménagée en boulevard urbain par Québec), entre le chemin Olivier et le pont de Québec à Saint-Nicolas, le boulevard Guillaume-Couture, entre le chemin du Sault et la rue de Mercure à la tête des ponts à Saint-Romuald, et le boulevard Guillaume-Couture, entre la route du Président-Kennedy et la route Mgr-Bourget dans le quartier Lévis.

De façon préliminaire, Lévis a évalué que l’ajout de voies réservées aux points de congestion pourrait coûter 55 M$ (voies réservées sur les côtés) ou 79 M$ (voies réservées au centre de la chaussée), ce que des études financées par le ministère des Transports que demande la municipalité préciseraient.

Le tout serait réalisé sans priver de voies aux automobilistes, l’administration Lehouillier désirant également boucler ou bonifier le réseau routier existant au profit des voitures.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le jeudi 22 juin 2017 à 11:29
Modifié le jeudi 15 février 2018 à 13:00

8
Juin
2017

Abandon du SRB : Labeaume en a gros sur le cœur contre Lehouillier

  

Article de Stéphanie Martin. Le Journal de Québec.

« Extrêmement déçu et en colère » de s’être « fait avoir » par Lévis dans le dossier du SRB, Régis Labeaume s’est vidé le cœur, jeudi.

Depuis des semaines, le maire de Québec rumine son ressentiment causé par la défection de Lévis dans le dossier du SRB. Jeudi, il s’est vidé le cœur, accusant son vis-à-vis d’avoir trop tardé avant de débarquer du projet, d’avoir mal fait ses calculs et d’avoir choisi politiquement de défendre le dossier du troisième lien plutôt que l’amélioration du transport collectif.

=> La suite sur le journaldequebec.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le jeudi 8 juin 2017 à 18:39
Modifié le jeudi 15 février 2018 à 13:01

25
Avr
2017

L’argent du bureau d’études du SRB va à Québec, tranche Lessard

  

Article de Annie Morin. Le Soleil.

L’argent qui reste dans les coffres du bureau d’études du service rapide par bus (SRB) servira à la Ville de Québec pour planifier son futur réseau de transport en commun, tranche le ministre des Transports, Laurent Lessard. Les projets de voies réservées et d’achat d’autobus de Lévis seront financés quand ils seront prêts.

M. Lessard a mis fin mardi au bras de fer entre les maires de Québec et de Lévis quant à l’utilisation des sommes résiduelles du budget de 12,5 millions $ accordé pour la planification du projet de SRB sur les deux rives du fleuve Saint-Laurent.

=> La suite sur lesoleil.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le mardi 25 avril 2017 à 12:56
Modifié le jeudi 15 février 2018 à 21:01

24
Avr
2017

Sans SRB, Lehouillier veut sa part du financement

  

Article de Annie Morin. Avec Valérie Gaudreau. Le Soleil.

(Québec) Le maire de Lévis Gilles Lehouillier demande des « éclaircissements » sur la mort – ou non – du Service rapide par bus (SRB). Il n’a pas de problème à ce que le maire Régis Labeaume continue de travailler sur un SRB sur son territoire, mais si la Ville de Québec travaille sur autre chose, il va «lever la main» et demander lui aussi de toucher sa part du financement gouvernemental.

En point de presse avant le conseil municipal lundi soir, le maire Lehouillier a demandé au ministre des Transports Laurent Lessard de clarifier publiquement la situation du bureau de projet sur le SRB, qui détient un budget de 12 millions $. « Le gouvernement devra préciser ses intentions. Est-ce qu’il doit rappeler la somme restante du 12 millions $ ? Parce que nous, si on nous dit, ben là, il [l’argent] peut servir à autre chose à Québec que pour le SRB, je vais commencer à lever la main. »

=> La suite sur lesoleil.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le lundi 24 avril 2017 à 22:31
Modifié le jeudi 15 février 2018 à 21:01

19
Avr
2017

L’abandon du SRB à Lévis, pas juste une question d’argent

  

Article de Annie Morin. Le Soleil.

Le maire de Lévis a abandonné le projet de service rapide par bus (SRB) en raison du calcul coûts-bénéfices, mais également parce qu’il craignait que les usagers du transport en commun de Lévis soient contraints à plusieurs transferts pour joindre la rive nord. Gilles Lehouillier se met donc à la recherche d’« interconnexion » et évoque même la possibilité que les bus de Lévis roulent sans entraves dans les rues de Québec.

Le nombre de transferts fait partie des « questions sans réponse » au même titre que le financement du SRB, a spécifié M. Lehouillier mercredi, lors d’une mêlée de presse à l’hôtel de ville.

Le maire a expliqué qu’un scénario de moins grande envergure concernant le secteur de la tête des ponts aurait nécessité des investissements de 55 millions $ et compté pour 9 % de l’achalandage total du SRB. Mais il aurait alors fallu que les passagers de l’est de Lévis changent de véhicule au pôle d’échange de Saint-Romuald.

=> La suite sur lesoleil.com.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le mercredi 19 avril 2017 à 12:24
Modifié le jeudi 15 février 2018 à 21:02

19
Avr
2017

SRB : Lévis quitte le navire

  

Article de Érick Deschênes. Le Journal de Lévis.

Après deux ans d’étude où les rebondissements ont été nombreux, la Ville de Lévis se retire du projet d’implantation d’un Service rapide par bus (SRB) entre les deux rives. Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, en a fait l’annonce en fin d’après-midi entouré des membres du conseil municipal.

« Le conseil municipal s’est réuni en comité plénier spécial (cet après-midi) et, effectivement, nous avons pris une décision. Nous nous retirons du projet du SRB. C’est unanimement que les membres du conseil en ont décidé », a d’emblée déclaré le premier magistrat lors d’un point de presse à l’hôtel de ville.

Pour justifier cette décision, Gilles Lehouillier a principalement invoqué deux raisons.
D’abord, après avoir étudié les scénarios de plus en plus étoffés présentés depuis le début de l’année, son administration a jugé que les gains en termes de coûts/bénéfices n’étaient pas au rendez-vous pour Lévis.

De plus, le conseil municipal ne sentait pas une forte adhésion de la population lévisienne, autant en tant que contribuable municipale ou en tant que contribuable provinciale et fédérale, pour ce projet de transport collectif.

« Selon les études qu’on a eus, on améliore notre performance (d’utilisation du transport collectif) de 2 %. Est-ce que ça vaut la peine d’investir 660 M$ (scénario le plus important) pour aller chercher 2 %? Je pense que poser la question, c’est y répondre. On est obligé de dire qu’à ce prix-là et avec le pourcentage d’augmentation (prévu), c’est beaucoup trop cher. (…) Dans chacun de nos quartiers, l’acceptabilité sociale pour le projet, elle n’est pas là », a expliqué le maire tout en se défendant de faire un calcul électoraliste en se retirant du projet.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le mercredi 19 avril 2017 à 6:31
Modifié le jeudi 15 février 2018 à 21:03

14
Avr
2017

SRB : Lehouillier consultera la population

  

Article de Raphaël Beaumont-Drouin. Le Peuple Lévis.

Alors que plusieurs stations de radio de Québec mobilisent leurs auditeurs contre le projet de Service rapide par bus (SRB), le maire de Lévis Gilles Lehouillier répète que les Lévisiens seront consultés dans ce dossier.

« Pour mesurer l’acceptabilité sociale, pour mesurer si les gens seront d’accord oui ou non avec le projet (…) tous ces éléments-là devront être mesurés c’est certain », a commenté le maire jeudi dernier en marge d’une conférence de presse à l’hôtel de Ville de Lévis.

Un peu plus tard, il a ajouté qu’il n’y aurait pas une pelletée de terre à Lévis dans le mégaprojet sans que la population soit consultée. Il n’a toutefois pas précisé quelle forme cette consultation prendra. Référendum ? Questionnaire ? Sondage ? « On verra », a-t-il répondu.

Une rencontre « déterminante » entre le maire et le ministre des Transports Laurent Lessard devait avoir lieu jeudi après-midi à Québec.


Catégorie(s) : Transports

Publié le vendredi 14 avril 2017 à 6:40
Modifié le mardi 13 février 2018 à 23:55

23
Sep
2014

Transport en commun : l’efficacité avant le tramway, dit Lehouillier

  

Article de Stéphanie Martin. Avec Valérie Gaudreau. Le Soleil.

(Québec) Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, l’affirme sans détour : le principal problème du transport collectif à Lévis et entre les deux rives, c’est son manque de rapidité. Puisque le gouvernement provincial semble s’engager sur la voie d’évitement pour le tramway, il a bien l’intention de demander avec Régis Labeaume que l’argent soit plutôt investi dans l’amélioration de l’efficacité du transport en commun.

« Ça se résume en un seul mot : rapidité. Il faut aller chercher de la rapidité et de l’efficacité dans le transport en commun », plaide Gilles Lehouillier. Sinon, jamais le transport en commun n’attirera autant d’usagers qu’on le souhaiterait. Et dans sa ville, le gain à faire est considérable, admet-il. « Il faut se le dire, notre problème, c’est qu’on n’est pas rapide. »

=> Lire la suite.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le mardi 23 septembre 2014 à 23:37
Modifié le dimanche 16 mai 2021 à 16:36

23
Nov
2011

Un tramway pourrait redonner un coup de vigueur à la Rive-Sud

  

Article de Nathasha Gilbert. Le Peuple Lévis.

Le tramway de Nice.

Un tramway pourrait redonner un coup de vigueur à la Rive-Sud comme le pont Pierre-Laporte l’a fait dans les années 70.

C’est ce que soutient Dominique Morin, sociologue et professeur en sociologie à l’UQAR. « Les zones de banlieue riveraine (Saint-Nicolas, Charny, Saint-Romuald et
Lévis), se sont énormément développées dans les années 50 et 60, et ensuite rapidement après l’ouverture du pont Pierre-Laporte, en novembre 1970. Avant les années 50, la banlieue était surtout réservée aux chalets et aux maisons bourgeoises », explique M. Morin, en entrevue.

« L’ouverture du pont Pierre-Laporte a fortement rehaussé l’intérêt pour la Rive-Sud. La conversion des municipalités riveraines en banlieues résidentielles, qui avait débuté dans les décennies précédentes, est accélérée par la perspective d’une circulation automobile plus fluide. Charny et Saint-Romuald, à l’entrée des ponts, se densifient. La mise en chantier, dans certaines municipalités d’arrière-pays (Saint-Jean-Chrysostome, Breakeyville, Saint-étienne et Pintendre), connaît au même moment un départ fulgurant. En 1986, les banlieusards constituent 76% des résidents de la région métropolitaine et ceux de la Rive-Sud à eux seuls, 17% », écrit M. Morin dans le livre « La banlieue s’étale », publié en septembre 2011.


Catégorie(s) : Gouvernement,  Transports

Publié le mercredi 23 novembre 2011 à 23:39
Modifié le lundi 2 septembre 2019 à 16:52

Pages :«1234»